Nymphéas noirs de Michel Bussi

Publié le par __Troubles__

Nymphéas noirs de Michel Bussi

¤ Présentation de l'éditeur: Le jour paraît sur Giverny.

Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille.Le quotidien du village, les cars de touristes... Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent: l'une, les yeux couleur nymphéas, rêve d'amour et d'évasion; l'autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d'un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé...

  • Poche: 493 pages
  • Editeur : POCKET; Édition : POCKET (5 septembre 2013)
  • Collection : Pocket
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266222376
  • ISBN-13: 978-2266222372
  • Dimensions du produit: 17,6 x 10,6 x 3 cm

¤ Mon avis:

Lorsque j'ai acheté ce roman, je me suis laissée séduire par le titre et par le sujet, moi qui suis dingue d'impressionnisme, et en particulier de Claude Monet, je ne pouvais que succomber. J'ai mis pas mal de temps avant d'en commencer la lecture, comme pour savourer ce moment...

Une fois les premières pages tournées, on se laisse facilement happer par les charmes de Giverny, les anecdotes sur l'histoire de la peinture et sur la vie du grand peintre, puis on découvre doucement le cœur de l'intrigue, les histoires de mélangent sans vraiment se croiser, les personnages n’interagissent pas vraiment mais leurs histoires convergent dans le même sens...

L'édifice de l'intrigue se construit doucement, l'enquête policière nous emmène sur de nombreux chemins, parfois des impasses et parfois sur des chemins beaucoup trop fréquentés. On ne sait que croire.

Puis, arrivent quelques longueurs qui cassent le rythme de lecture, mais Michel Bussi, tel un peintre impressionniste, distille les indices, comme des lignes de fuite, il utilise les mots comme des touches de lumière, pour qu'enfin nous puissions voir le tableau tel qu'il est réellement, un mélange de sentiments, d'impressions, d'instincts auxquels nous devrions nous fier...

J'ai eu du mal à m'attacher aux personnages, jusqu'au moment clé où Stéphanie nous livre ses espoirs, c'est le moment où enfin elle apparait sous son véritable jour, on peut la comprendre, et apprendre à l'aimer à travers l'illusion de la perfection qu'elle souhaite renvoyer, on aime ses failles, tout comme Laurenç on souhaite briser sa carapace pour voir la blessure, pour l'aider à la surmonter....

Michel Bussi utilise à la perfection la mise en abîme et le flashback, lorsque le dénouement nous apparait, on reste bluffé, sans mot, on tourne les pages avec frénésie, on ne peut qu'admirer la maestria de l'auteur, j'ai été bluffé, surprise car je m'attendais à tout sauf à cette fin !

Si vous aimez la peinture, la poésie, la belle écriture je ne peux que vous conseiller ce roman, même si vous vous découragez en chemin, persévérez car vous ne serez pas déçu !

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article

Dareel 17/06/2014 10:40

J'ai bien aimé ce livre également, alors j'imagine que pour une fan de peinture, ça doit faire son effet. ^^