La voleuse de livres de Markus Zusak

Publié le par __Troubles__

La voleuse de livres de Markus Zusak

Encore une fois j'ai prévu une lecture commune avec ma cops Vanessa, et comme d'habitude je suis un peu en retard pour vous livrer mon avis...

¤ Présentation:

Quand la Mort vous raconte une histoire, vous avez tout intérêt à l'écouter.
Une histoire étrange et émouvante où il est question
- dune fillette ;
- de mots ;
- d'un accordéoniste ;
- d'Allemands fanatiques ;
- d'un boxeur juif ;
- de vols.

Traduit en 20 langues Le best-seller 2007

Markus Zusak, 30 ans, est l'auteur de plusieurs livres, tous primés. Les critiques du inonde entier saluent son talent et sa virtuosité.

«La Voleuse de livres a sa place aux côtés du Journal d'Anne Franck et de La Nuit d'Elie Wiesel.»
USA Today

«Déconcertant, intriguant, triomphant et tragique, c'est un roman magistral à vous couper le souffle.»
The Guardian

Biographie de l'auteur

Markus Zusak, 30 ans, est l'auteur de plusieurs livres tous primés. Les critiques du monde entier saluent son talent et sa virtuosité.

  • Poche: 633 pages
  • Editeur : Pocket (19 mars 2008)
  • Collection : Litterature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266175963
  • ISBN-13: 978-2266175968
  • Dimensions du produit: 18 x 2,6 x 11 cm

¤ Mon avis:

J'ai reçu ce livre en cadeau à Noël dernier et je n'avais pas encore pris le temps de le lire, sans doute car la thématique me touche particulièrement et ce depuis de nombreuses années... Bref, cherchant un livre pour une lecture commune je me suis dit qu'il était temps.

Les premières pages ne m'ont pas emballées, puis doucement l'histoire a pris place, et je n'ai pas réussi à m'en détacher. Le style de Markus Zusak est agréable et fluide, sans rien avoir de révolutionnaire. La particularité du récit tient des apartés faites par la mort, un brin dérangeantes, comme une ombre qui plane, on sait que quelque chose de terrible va arriver, on se créé son propre scénario horrible, déjoué quasiment à chaque fois, puis le glas tombe, brutalement.

L'histoire m'a emporté, loin, dans les profondeurs de l'Allemagne nazie, je me suis cachée dans ce sous-sol avec Max, j'ai pleuré pour lui, ce personnage avait quelque chose de touchant, dans son ressenti, dans sa façon d'exprimer sa reconnaissance.

Hans... Figure du père forte et sensible qui bouleverse, son humanité faisant planer comme un goût d'espoir sur le récit.

Ce roman est principalement dirigé vers un public adolescent mais le ton n'est jamais simpliste, l'horreur de la situation n'est jamais masquée, rien n'est édulcoré et c'est sans doute ce qui a fait le succès du roman.

Le seul bémol pour moi vient de la fin un peu trop rapide, les derniers chapitres sont expédiés et laisse un goût de trop peu, qui ne voudrait pas savoir ce qui a pu se passer après...

Liezel est une enfant attachante à qui l'histoire a réservé un sort bien particulier, sa fascination pour les livres lui a donné le goût du risque, l'amour des mots et l'humanité dont certains ont pu manquer.

Je ne peux que recommander cette lecture même si je ne lui mettrais pas un 5/5, car ce roman mérite l'attention qu'on lui a porté. Je n'ai pas encore eu le temps de regarder l'adaptation cinématographique qui a été faite, mais je n'y manquerai pas et je vous ferai part de mes appréciations !

Vous pouvez lire l'avis de mon amie par ici ---->

Publié dans Lectures communes

Commenter cet article

Vanou 02/12/2014 11:25

Grande première dans l'histoire de nos lectures communes, nous pensons la même chose ! Je prévois également de visionner le film que j'ai dans mon ordi depuis quelques temps.