La bibliothèque des coeurs cabossés de Katarina Bivald

Publié le par __Troubles__

La bibliothèque des coeurs cabossés de Katarina Bivald

¤ Présentation:

Tout commence par les lettres que s'envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l'Iowa. Après deux ans d'échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu'Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine. Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis - et pas uniquement les personnages de ses romans préférés -, qui l'aident à monter une librairie avec tous les livres qu'Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance. Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel.

  • Broché: 496 pages
  • Editeur : Denoël (15 janvier 2015)
  • Collection : Hors collection - Littérature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2207117758
  • ISBN-13: 978-2207117750
  • Dimensions du produit: 22,5 x 3,2 x 15,5 cm

¤ Mon avis :

J'ai dans un premier temps était très attirée par le titre du roman, ensuite le résumé m'a interpellé en tant qu'accro aux livres, puis est venu le moment de l'achat... J'ai un peu hésité lorsque la dame de la Fnac m'a dit que je le trouverai dans le rayon "romance scandinave", finalement j'ai décidé de ne pas m'arrêter sur la classification du roman.

La structure de ce roman est assez classique, les chapitres sont entrecoupés par les lettres envoyées par Amy à Sara (et jamais l'inverse, on ne connaitra jamais le contenu des courriers de Sara, ce qui renforce le mystère autour du personnage). L'histoire se construit doucement, Sara arrive dans la petite ville de Broken Wheel et découvre que la personne pour laquelle elle a fat le déplacement vient de mourir. Elle apprend à découvrir les lieux et ses habitants qu'elle semble déjà connaitre grâce aux lettre d'Amy, elle s'attache aux lieux et aux personnes et décide de les remercier pour leur hospitalité à sa façon...

On peut considérer qu'il n'y a rien de révolutionnaire dans ce roman, mais il m'a profondément touché, par sa thématique dans un premier temps, car toute personne aimant les livres se retrouvera un peu en Sara, et également grâce à l'emplacement où se situe le récit. L'Amérique des petites villes menacées de désertification.

L'hospitalité américaine fait que la jeune européenne se sent chez elle, l'ayant déjà expérimenté, même si ce n'était pas dans un cadre similaire, je peux vous confirmer que cela se passe vraiment de cette façon! On découvre la vie, si imparfaite soit-elle des habitants de Broken Wheel et on s'attache à eux progressivement comme le fait Sara.

Il n'y a rien de mièvre dans cette "romance", je dirais même qu'elle passe au second plan de cette histoire simplement humaine. Les livres sont les personnages principaux du récit, ce sont eux qui font évoluer les personnages et comme le pense Sara, il y a bien un livre pour chaque personne, il faut seulement se donner le temps et l'opportunité de le trouver.

Je ne saurai trop recommander cette lecture aux amoureux des livres, il donne envie de lire encore plus et en plus l'histoire et drôle, sensible et la réflexion y est profonde!

¤ Quelques citations:

"Quelle terrible prise de conscience : savoir qu'il y avait tant de livres qu'elle ne toucherait jamais, tant d'histoires qui se poursuivraient sans elle, tant d'auteurs anciens qu'elle n'aurait pas le temps de découvrir ! "

"Dans les livres, les gens étaient charmants et amicaux, et la vie suivait des scénarios déterminés. Si une personne avait un rêve, on pouvait être assuré qu'il se réaliserait avant la fin du texte. Et qu'elle trouverait quelqu'un en compagnie de qui le vivre. Dans la réalité, on pouvait être presque certain que rien de tel ne se produirait.
-Ils sont conçus pour être mieux que la réalité, reprit-elle. Plus grands , plus drôles, plus beaux, plus tragiques, plus romantique
s"

"Elle avait toujours pensé que l'air automnal et les livres allaient bien ensemble, que les uns comme les autres se mariaient bien avec des plaids, des fauteuils confortables et de grandes tasses de thé ou de café."

¤ Ma note: 5/5 ♥

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article

Vanou 15/04/2015 12:26

Il est dans ma LAL. Tout le monde a l'air ravi de cette lecture !