50 Nuances de Grey de E. L. James

Publié le par __Troubles__

50 Nuances de Grey de E. L. James

¤ Présentation :

Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête.

Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.

Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

  • Broché: 560 pages
  • Editeur : JC Lattès; Édition : JC Lattès (17 octobre 2012)
  • Collection : Romans étrangers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2709642522
  • ISBN-13: 978-2709642521
  • Dimensions du produit: 13,4 x 5,1 x 21,1 cm

¤ Mon avis :

Que dire sur ce roman ? Tout d'abord il faut savoir que je l'ai acheté lors de sa sortie en 2012 si je me souviens bien et que depuis, tout le battement médiatique ayant fait son chemin, il prenait la poussière sur les étagères chargées de ma chère bibliothèque.

Il faut reconnaitre que je l'avais acheté par curiosité à la gare (Eh oui, ça arrive encore) et que le sujet et le contenu m'ont été révélés ensuite... Autant vous dire que j'étais loin d'être emballée! Je répète depuis lors qu'on ne peut pas lire de tels romans, il y a tellement mieux que ça ! Certaines de mes amies et connaissances ayant adoré ce livre m'ont rétorquées que je ne pouvais pas juger quelque chose que je n'avais pas lu... Remarque on ne peut plus vraie, j'ai donc décidé de le lire !

J'ai commencé ce roman en février et je l'ai terminé il y a quelques jours. Cette lecture a durée 6 longs mois, un record pour 551 pages. Ce n'est pas franchement bon signe chez moi.

Que dire de cette lecture qui n'ait pas déjà été dit mille fois ? Ce fut une torture. Je n'ai pas d'autre mot. Est-ce la féministe qui sommeille en moi, ou la femme indépendante qui s'exprime, je ne sais pas vraiment, mais cette "histoire d'amour" m'a révulsée. Non je ne suis pas prude, et ce ne sont pas les scènes pornographiques qui m'ont choquées, mais plutôt le manque de jugeote d' Anastasia Steele, narratrice de cette horreur. Accepter d'être instrumentalisée par amour, je n'adhère pas, peu importe l'attrait que l'on ressent pour la personne qui propose !

Signer un contrat stipulant le détail de la sexualité des deux parties n'a vraiment rien de magique. Ca ne fait pas rêver, ça fait halluciner !

Le vocabulaire est vulgaire a souhait, sans doute pour continuer dans la lignée SM de la thématique, les dialogues sont plats,soporifiques, les personnages sont l'incarnation de tous les clichés, Anastasia, jeune, inexpérimentée, affirme finalement un caractère oscillant entre celui d'une coquille d'huître vide et celui d'un poulpe subissant la canicule, et Christian Grey... Soit disant prince charmant moderne,beau, torturé et complexe qui finalement n'est qu"un pervers de bas étage.

L'histoire est creuse et tourne en rond. Christian n'a pas eu une enfance heureuse (le pauvre...) mais je ne pense pas qu'un enfant maltraité par une mère droguée jusqu'à ses quatre ans, devienne forcément un adepte de pratiques sexuelles déviantes, et encore heureux ! Anastasia ne connait tellement rien à la vie qu'elle tombe sous le charme de ce dernier, alors que le radar d'une femme dotée de deux sous de jugeote crie haut et fort "barre-toi en courant!"

Admettons... Signer un contrat pour entamer une relation avec quelqu'un c'est louche non ? Sans parler de la close de confidentialité...

Bref ! Vous aurez compris que je n'ai pas adhéré à ce phénomène mondial. Tout est prétexte à des scènes "hot" qui n'ont rien d'émoustillant, certaines m'ayant même fait rire.

Après chaque roman trouve son public, toute lecture est bonne à prendre... Chacun ses goûts!

Stylistiquement parlant, j'ai souffert, beaucoup, trop... E. L. James n'a rien de Faulkner, c'est le moins qu'on puisse dire. Je ne comprends pas pourquoi ce roman se vend autant et je ne le comprendrais jamais. Si seulement elle pouvait arrêter d'écrire !

Le seul intérêt de ce roman c'est de savoir ce que ce Christian Grey a subi pour devenir tel qu'il est... Bien entendu on nous donne seulement des miettes afin de nous faire lire la suite, sérieusement il ne faut pas compter sur moi pour m'infliger cette torture, je ne veux plus perdre mon temps !

Quand on pense que l'auteure vient de sortir Grey, la même histoire mais vue cette fois avec les yeux de Christian... On croit cauchemarder, surtout sachant que de nombreuses scènes ne sont que des copiés/collés du premier volume. Je me demande où elle va s'arrêter dans sa quête d'argent facile ! Fort heureusement le buzz n'a pas lieu cette fois, et les ventes sont loin de celles espérées !

Pour pousser plus loin j'ai même regardé le film... Qui est fidèle à la qualité du roman, il n'y a rien d'autre à ajouter !

Si vous hésitez encore à lire cette trilogie, je n'ai qu'un conseil à vous donner : FUYEZ !

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article

Bookinons 10/08/2015 18:09

Coucou ma belle,
J'ai adoré lire ta chronique sur cette saga que j'avais adoré à l'époque. Tes arguments sont pertinents et je te comprends. Le premier tome n'était pas mon préféré, j'avais envie de mettre des baffes à Anastasia avec sa mièvrerie à 2 balles, mais le personnage de Christian est vraiment attachant, il y a de l'évolution. Il y a plus de rebondissements dans les prochains tomes, mais je pense qu'on en a tellement parlé depuis que l'effet n'est plus le même :-).
J'ai terminé "Grey" ce week-end et au début j'étais emballée mais je me suis vite essoufflée. On sent que c'est un livre marketing... Il n'a pas vraiment d'âme...