Les quatre saisons de l'été de Grégoire Delacourt

Publié le par __Troubles__

Les quatre saisons de l'été de Grégoire Delacourt

¤ Présentation :

Été 99, dont certains prétendent qu’il est le dernier avant la fin du monde.
Sur les longues plages du Touquet, les enfants crient parce que la mer est froide, les mères somnolent au soleil. Et partout, dans les dunes, les bars, les digues, des histoires d’amour qui éclosent. Enivrent. Et griffent. Quatre couples, à l’âge des quatre saisons d’une vie, se rencontrent, se croisent et s’influencent sans le savoir.
Ils ont 15, 35, 55 et 75 ans. Ils sont toutes nos histoires d’amour.

Après le succès mondial de La Liste de mes envies (plus d’un million d’exemplaires vendus), de La première chose qu’on regarde et à la rentrée littéraire 2014 d’On ne voyait que le bonheur (130 000 exemplaires vendus), Grégoire Delacourt ausculte avec brio et délicatesse le sentiment amoureux.

  • Broché: 284 pages
  • Editeur : JC Lattès (29 avril 2015)
  • Collection : Littérature française
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2709649330
  • ISBN-13: 978-2709649339
  • Dimensions du produit: 12,8 x 3 x 20,5 cm

¤ Mon avis :

Depuis L'écrivain de la famille je suis une inconditionnelle de Grégoire Delacourt et lorsque je suis tombée sur son dernier roman chez mon libraire, je n'ai bien entendu pas pu résister à la tentation ! J'ai lu ce livre depuis un petit moment, mais il me faut toujours un peu de temps pour parler des livres qui me touchent particulièrement.

Le style de Grégoire Delacourt est simple, il va droit au but, pas de fioritures, il a la plume de la sincérité, chaque mot frappe les coeurs là il faut, de ce fait on ne peut pas lâcher l'histoire avant d'en connaître le dénouement, une fois de plus avec Les quatre saisons de l'été j'ai été transportée, non seulement dans ma région natale, le Nord, mais aussi à une autre époque, en ce 14 juillet 1999...

Les quatre histoires qui se croisent s'imbriquent, nous font comprendre la profondeur de l'amour sincère. On aime sans rien attendre en retour parfois, on peut se perdre en chemin mais l'amour est comme une boussole qui ne perd jamais le nord. Victoire et Louis incarnent la naissance de l'amour, la floraison de ce sentiment et chaque histoire fera croître ce dernier. certains diront que l'histoire est attendue, voire simpliste, personnellement je la trouve pleine d'élégance et de justesse. Que ne ferions-nous pas par amour ? Attendre ? Changer ? Mourir ?

Les quatre saisons de l'été est pour moi, purement et simplement la déclinaison de l'amour véritable tout au long d'une vie.

La poésie des mots employés par Grégoire Delacourt frappe toujours là où il faut et surtout quand on s'y attend le moins, au bord d'une plage qui n'a pas grand chose de glamour, choisir Le Touquet au lieu de Deauville ou de Cannes a quelque chose de courageux. L'auteur revendique son identité et c'est ce que j'apprécie.

La chanson de Francis Cabrel " Hors saison" est un fil rouge à travers les récits, le fil d'Ariane qui les relie tous et qui donne une dimension supplémentaire à cette histoire hors du temps. L'amour est intemporel, comme ce roman.

On ne comprend les implications d'une histoire dans celle des autres qu'au fur et à mesure du récit, il s'agit de poupées gigognes qui ne font que grandir ce sentiment de plénitude en se complétant.

Vous aurez compris que j'ai littéralement adoré ce roman. Je ne peux que le conseiller. C'est une lecture idéale pour l'été, l'automne, l'hiver, peu importe la saison en réalité, pour moi c'est un incontournable qui les traverse toutes !

Nous nous aimions entre les mots et entre les lignes, dans les silences et les regards, dans les gestes les plus simples. Nous nous aimions dans le plaisir précieux de nous retrouver souvent.

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article

Cyndy 24/08/2015 22:42

Une autre fois alors ^^

__Troubles__ 24/08/2015 22:57

Ouais sans faute!

Cyndy 24/08/2015 22:21

Coucou tu n'as pas du voir tes mails,je te demandais si tu voudrais aller à la taverne mercredi après-midi ? ^^

__Troubles__ 24/08/2015 22:39

Ca va pas être possible je bosse jusque 19h30 cette semaine :/

Cyndy 21/08/2015 21:13

Coucou, je ne connais pas l' auteur, le titre et ta chronique donne envie de le lire. Au plaisir de te croiser à la taverne du livre. J'y vais la semaine prochaine, si le coeur t'en dit ^^

__Troubles__ 23/08/2015 12:04

Ca serait cool ! Tu n'auras qu'à me dire quel jour et vers quelle heure ^^