Théa pour l'éternité de Florence Hinckel by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

Théa pour l'éternité de Florence Hinckel by Right Under The Blog

¤ Présentation :

Théa est secrètement amoureuse de Théo, son voisin et meilleur ami d'enfance, qui lui préfère la pom-pom girl du lycée.
Théa vit seule avec sa mère, une ancienne présentatrice de télévision obnubilée par le souci de paraître jeune.
Théa a l'impression que le temps passe trop vite et que les promesses de l'enfance sont déjà loin.
Alors, quand le professeur Jones lui propose d'être le plus jeune cobaye d'un programme visant à stopper le vieillissement, Théa se dit que c'est une chance unique qui s'offre à elle.

  • Broché: 224 pages
  • Editeur : Syros Jeunesse (23 août 2012)
  • Collection : Soon
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2748512235
  • ISBN-13: 978-2748512236
  • Dimensions du produit: 14,2 x 1,8 x 21,1 cm

¤ Biographie de l'auteure :

Florence Hinckel est née en 1973. Elle a publié de nombreux romans jeunesse chez Syros, Gallimard Jeunesse, Nathan, Rageot, Talents Hauts, Sarbacane... Pour enfants ou adolescents, elle aime explorer tous les genres, avec depuis peu une affection particulière pour le roman d'anticipation.
On peut retrouver toute son actualité ici : http://florencehinckel.com

¤ L'avis de Right Under The Blog :

Théa nous raconte son histoire... 16 ans, lycéenne, un ami d’enfance, Théo (dont elle est amoureuse) et une super copine, Zoé. En apparence elle a tout ce que les jeunes de son âge ont, seul point d’ombre à son tableau : elle ne sait pas se décider, elle ne sait pas exprimer ce qu’elle souhaite vraiment. Sa rencontre avec le scientifique Baptiste Jones changera à jamais sa vie. Il lui propose de participer à une expérimentation unique et secrète : suivre un traitement qui arrêtera son vieillissement. Si Théa accepte, elle aura à jamais 16 ans. Poussée par une mère totalement obsédée par l’apparence : la jeunesse, la peur de vieillir, elle se lance corps et âme dans l’aventure.

Au 1er abord on se dit en lisant les premières pages que c’est un roman tout ce qu’il y a de plus banale, un roman jeunesse qui parle d’une jeune fille de 16 ans, un peu perdue, amoureuse de son meilleur ami… mais plus on avance dans la lecture plus on se rend compte que ce roman va bien au-delà d’une simple histoire d’adolescente paumée. On refuse de lâcher le livre.

Ne plus jamais vieillir, rester bloquer à notre âge actuel. Théa a 16 ans mais tous les lecteurs peuvent en lisant ce roman se poser cette question pour eux et se dire « et si j’arrêtais de vieillir maintenant, si mon âge restait figé…. Mais celui des gens autour, que se passerait-il ?»

Le point important est là, Théa euphorique, libre, délurée, incontrôlable, elle a 16 ans…. Elle a 16 ans pour toujours elle respire la joie de vivre, elle se découvre une confiance en elle qu’elle ne se connaissait pas ! Mais plus vous allez tourner les pages plus vous allez comprendre que ce n’est pas aussi fantastique que cela y paraît. Les gens qu’elle aime, ses proches, ses ami(e)s, vont tous vieillir mais pas elle.

L’éternité mais à quel prix, Théa a-t-elle réellement mesuré les risques et les conséquences du choix qu’elle a fait ? Comment accepter la vie éternelle quand cela signifie la mort des siens, la mort des autres… de tous les autres ?!

C'est un roman que je qualifierais d’intemporel, il questionne le lecteur sur les angoisses de notre société : la peur de vieillir, avoir recours à tous les moyens mêmes les plus fous, mêmes les plus onéreux pour ne pas se voir vieillir, pour rester jeune… en apparence. Et si un jour on pouvait réellement arrêter le vieillissement et pas seulement le ralentir ? Que deviendrait notre société ?

Le roman est extrêmement bien écrit, l’auteure a su par le biais d’un roman qui peut semblait léger aux premières pages, aborder un sujet d’actualité bien délicat.

J’espère que ce roman marquera celles et ceux qui l’ont lu, et j’espère que bien d’autres encore prendront le temps de l’ouvrir et de le lire jusqu’au dernier mot. Rester jeune, ne pas vieillir, ne pas mourir mais voir autour de soi des êtres chers s’éteindre… Théa a choisi.

Je tiens également avant de refermer cet article à souligner la beauté de la couverture : un choix très judicieux, qui représente parfaitement bien le contenu du livre. Une rose noire, une goutte de sang… En réalité, la rose est d'une couleur rouge très foncée, elle donne l'illusion d'un velours car la rose noire n’existe pas réellement, ses reflets, selon l'éclairage, peuvent donner l'impression que la rose est noire. Elle est le symbole d’une passion fatale. En effet, en symbolique des fleurs, la Black Baccara peut signifier : « Mon amour perdurera jusque dans la mort »… à méditer !

Extrait:

« – Tu veux dire que… que toi tu choisirais de ne pas prendre le traitement ?
– Bien sûr, Théa ! Bien sûr que je refuserais de prendre cette saloperie ! Qu’est-ce que tu crois ? Qu’est-ce qui donne de la beauté aux choses ? C’est le fait qu’elles changent et qu’elles meurent, Théa, c’est parce qu’elles meurent qu’elles sont belles ! Pourquoi tu crois que je fais de la photo ? Pour saisir des instants qui ne reviendront jamais, et c’est ce que j’aime. Fixer ces choses-là, furtives, mais les fixer sur une image, pas en vrai. Sinon, quel intérêt ?
»

Commenter cet article