Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty by Right Under The Blog

¤ Présentation :

Les secrets finissent toujours par être dévoilés.
Et toujours quelqu'un doit payer...

Jane, mère célibataire, vient d emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans.
Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter (elle se souvient de tout et ne pardonne jamais) et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l' aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets.
Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l'école, les choses s'enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu'au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.

  • Broché: 500 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226317341
  • ISBN-13: 978-2226317346
  • Dimensions du produit: 22,5 x 3,3 x 15,5 cm

¤ Biographie de l'auteure :

Née en 1966, la romancière australienne Liane Moriarty est l auteur de six best-sellers dont Le Secret du mari, phénoménal succès aux Etats-Unis et en France, et traduit dans 55 pays.
Petits secrets, grands mensonges est son deuxième roman traduit en français.

¤ Son avis :

Quel bonheur cette lecture, une fois de plus je souligne la qualité d’écriture de l’auteure. Je m’étais régalée en lisant « Le Secret Du Mari », je me suis délectée de celui-ci.

De nouveau j’ai aimé retrouvé la vie quotidienne de femmes et d’hommes, en apparence, ordinaires, de familles qui partagent des moments de la vie. J’aime le côté un peu « Desperate housewives » des 2 romans de Liane Moriarty.

Un fil conducteur: un meurtre, qui m’a tenu en haleine tout le long du roman. Les plus avertis auront peut-être rapidement découvert qui est la victime, mais pas moi et j’ai adoré ça. Soupçonner tous les personnages, j’oscillais entre chacun en les accusant du meurtre, finalement je me demandais si ce n’était pas plutôt la victime… Le titre ne ment pas, les petits secrets sont bien présents dans ce roman mais les grands mensonges sont une pièce maîtresse.

Le suspense vous prend et vous surprend très rapidement, les pages se tournent toutes seules, il est presque impensable de poser le roman pour le reprendre plus tard. C’est addictif à n’en pas douter, à n’en pas se lasser. De vrais coups de cœur pour les personnages principaux, pour qui je me suis prise d’une réelle affection : Madeline, Céleste… Jane. Sans oublier leurs enfants, leurs histoires, leur école…

Tout d’abord un peu déstabilisée par les confidences des personnages qui interviennent à la fin de chaque chapitre, des parents qui se confient à un inspecteur chargé de l’enquête, j’ai vite apprécié ces petits ragots de personnages qui ont vu quelque chose, qui pensent avoir vu quelque chose, qui ne savent mais pensent savoir. C’est très intelligent de la part de l’auteure. A vous de voir si vous vous laisserez influencer ou pas, si vous suivrez une tendance plutôt qu’une autre. Suivez votre instinct… ou pas…

J’ai passé un moment extraordinaire de lecture. J’aime l’univers de Liane Moriarty, j’aime l’atmosphère qui se dégage dans ses romans. J’aime les personnages, j’aime leurs relations, j’aime TOUT et je vous recommande ce petit bijou.

¤ Extraits :

« Il y a des petites choses dans mon attitude qui commencent à l'agacer. Il devient irritable. J'essaie de l'apaiser. Je me mets à marcher sur des œufs mais en même temps, je suis en colère d'avoir à le faire, alors parfois j'arrête et j'y vais franco. Je l'énerve exprès, parce que je suis furieuse contre lui, et contre moi-même de rentrer dans son jeu. Et là, ça explose. »

« Tout le monde rêvait d'être riche et beau, mais ceux qui l'étaient réellement se devaient de faire comme s'ils n'avaient rien de plus que les autres. Quel drôle de monde que le nôtre ! »

Commenter cet article