Quelqu'un à qui parler de Cyril Massarotto

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Samuel fête ses trente-cinq ans, seul face à des assiettes vides. La déprime est proche. Il attrape alors son téléphone mais réalise qu'il n'a personne à qui parler. Soudain, un numéro lui revient en mémoire : celui de son enfance et de la maison du bonheur familial depuis trop longtemps disparu.

Tiens, et s'il appelait ? À sa grande surprise, quelqu'un décroche. Et pas n'importe qui : c'est à lui-même, âgé de dix ans, qu'il est en train de parler ! Mais que dire à l'enfant que l'on était vingt-cinq ans plus tôt ?

Finalement, chaque soir, à travers ce téléphone, Samuel va s'interroger : l'enfant que j'étais serait-il fier de ma vie ? Aurait-il vraiment envie de devenir l'adulte que je suis aujourd'hui ? Ne l'ai-je pas trahi en renonçant à mes rêves ?

Grâce à ce dialogue inattendu et inespéré, Samuel va, peu à peu, devenir acteur de sa vie. Et avancer, enfin !

Après Dieu est un pote à moi et Cent pages blanches , Cyril Massarotto signe un roman plein de justesse, de tendresse et d'humour sur l'enfant qui demeure toujours en nous... et qu'il ne faut jamais oublier d'écouter.

 

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : XO (9 février 2017)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2845638825
  • ISBN-13: 978-2845638822
  • Dimensions du produit: 15,3 x 2,2 x 23,9 cm

¤ Ce que j'en ai pensé :

Tout d'abord je tiens à remercier Babelio et XO Editions qui m'ont permis de recevoir ce roman avant sa sortie grâce à l'opération Masse Critique.

Il faut que je vous dise quelque chose avant de développer mon avis sur le roman, certains attendent religieusement la sortie des nouvelles consoles de jeux ou l'arrivée du Beaujolais nouveau (à consommer avec modération, où même à ne pas consommer du tout ^^) moi j'attends chaque parution de Cyril comme un enfant attend le matin de Noël, c'est vous dire dans quel état d'esprit je me trouvais.

La couverture a un je-ne-sais-quoi de désuet et de charmant, très fin des années 1980, tout ce qui me rappelle mon enfance ! Le pitch avait de quoi me séduire, puisqu'en 2015 j'avais... 38 ans. Qui n'a jamais eu envie de pouvoir parler à son petit Moi, pour l'aider à grandir, lui dire que certains chagrins passeront, d'autres moins, Cyril Massarottto a quelque chose de spécial, il n'a pas un style reconnaissable entre mille, il se renouvelle à chacun de ses romans, le point commun que je leurs trouve, c'est le capital émotionnel, il trouve la faille dans nos coeurs et on ne peut pas oublier nos lectures, je n'arrive jamais à me replonger immédiatement dans une autre lecture car je laisse une partie de mon esprit entre les pages du roman à peine achever.

Quelqu'un à qui parler est un roman particulier qui nous rappelle qu'il ne faut pas oublier nos rêves d'enfant, qu'il faut se souvenir de ce qui était essentiel à cet âge où l'on se construit. Garder son âme d'enfant fera de nous des adultes accomplis et aussi heureux que possible.

Les personnages du roman sont attachants, ils n'ont rien de spécial, ils sont représentatifs du monde, c'est le point fort de l'auteur, il rend l'identification possible et la magie opère, Samuel pourrait être la projection de n'importe quel trentenaire célibataire, sans famille qui fait le point sur sa vie. Les M&M's sont des figures parentales de l'ombre idéales et le personnage de Li-Na donne un brin d'exotisme au récit.

Comme à chaque fois, j'ai ri, ce qui a surpris les clients de Starbucks Coffee où j'ai dévoré 80% du roman, j'ai pleuré d'ailleurs j'ai dû interrompre ma lecture pour ne pas le faire en public ! J'ai vécu un condensé de vie avec ce roman.

Ce que j'ai apprécié le plus dans cette lecture, c'est que les conversations entre les deux Samuel ne prenaient pas trop de place dans l'intrigue, elles sont le fil rouge, le lien entre les différentes aventures du narrateur et c'est franchement bien joué.

Mon seul bémol c'est que ce roman se lit vite, il se dévore trop vite, j'en redemande encore et il va me falloir attendre le prochain bijou de Cyril pour vivre ça de nouveau...

Fort heureusement pour moi, je vais avoir le privilège d'aller le rencontrer au Salon Lire Paris fin mars et je pourrais enfin lui dire de vive voix tout le bien que je pense de ses écrits !

¤ Si je devais lui mettre une note: 5/5 ♥

 

 

Au fond, chaque larme versée pour un être aimé parti trop tôt est une première fois.

p.198

Quelqu'un à qui parler de Cyril Massarotto

Commenter cet article

Cajou 03/03/2017 12:20

Je viens de le terminer et comme toi, j'ai ri et pleuré (ouf moi je n'étais pas en public :p)
Je me permets de faire un lien vers ton billet dans le mien.
Au plaisir de te lire,
Cajou

__Troubles__ 05/03/2017 13:24

Merci pour le lien dans ton billet ca fait plaisir !