Tôt, un matin de Virginia Baily

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Rome, 1943. Chiara, jeune résistante, assiste impuissante à une rafle dans le ghetto juif. Quand une femme pousse son petit garçon dans sa direction, elle n’hésite guère plus de quelques secondes et clame aux soldats que cet enfant est son neveu. Le petit Daniele Levy devient son protégé. Chiara l’aime comme son fils, même quand celui-ci, tourmenté par son passé en grandissant, s’éloigne du droit chemin.
1973. Maria, jeune Galloise de 16 ans, découvre par hasard que l’homme qui l’a élevée n’est pas son père. Elle est le fruit des amours éphémères de sa mère avec un jeune Romain, Daniele. Elle contacte Chiara puis part à sa rencontre en Italie. Chacune hantée par l’absence de Daniele garde l’espoir qu’il soit encore vivant…

  • Broché: 464 pages
  • Editeur : Editions France Loisirs (Jean-Claude Lattès) (1 septembre 2016)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2298118620
  • ISBN-13: 978-2298118629
  • Dimensions du produit: 20,1 x 12,4 x 3,6 cm

 

¤ A propos de l'auteure :

Tôt, un matin est le deuxième roman de l’auteur britannique Virginia Baily. Récompensée par le prix McKitterick en 2012 pour Africa Junction, elle est également auteure de nouvelles et de poèmes publiés dans de nombreuses anthologies. Créatrice du journal littéraire Riptide, elle en est l’une des rédactrices en chef.
Virginia Baily est titulaire d’un doctorat d’anglais de l’université d’Exeter.

 

¤ Ce que j'en ai pensé :

Quelle joie d'être inscrite chez France Loisirs, cela me permet d'avoir accès à ce genre d'avant première et cerise sur le gâteau, j'ai pu me l'offrir grâce à mes point club !

Pour ne rien vous cacher j'ai tout de suite été attirée par la couverture que je trouve magnifique, puis j'ai le le résumé et j'ai été conquise.

Passionnée d'histoire et particulièrement par la seconde guerre mondiale, le sujet était fait pour moi. Comme je le disais dans ma précédente chronique sur le roman Looping, je ne connaissais pas grand chose à l'histoire italienne avant, durant et relativement peu après la seconde Guerre Mondiale et c'est avec plaisir que j'ai découvert la vie à Rome et dans la campagne environnante.

Le style de Virginia Baily est assez classique et correspond parfaitement au sujet traité, cela permet d'avancer assez vite dans le récit. J'avoue cependant avoir été un peu décontenancée par la construction, en général lorsque l'on utilise plusieurs époques pour le récit, on le fait de façon explicite pour le lecteur, en changeant de chapitre par exemple; or ici ce n'est pas le cas, parfois les deux époques cohabitent dans le même chapitre, cela m'a perdue à quelques reprises.

Les personnages sont denses et compliqués à cerner, notamment Daniele, Chiara est une héroïne à sa façon car elle sauve un enfant juif d'une rafle mais l'auteure nous montre également ses faiblesses, ce qui la rend plus attachante aux yeux des lecteurs Cecilia est un personnage que je n'ai pas apprécié outre mesure, même chose pour celui de Cecilia.

Le premier tiers du roman se lit assez facilement, le décor et l'intrigue se mettent en place, puis le second tiers débuter et c'est là où j'ai eu un peu plus de mal, il y a quelques longueurs qui cassent le rythme et m'ont fait poser le roman, trop souvent, mais je voulais connaître le dénouement alors j'ai persévéré, et j'ai bien fait puisque la fin m'a convaincue.

La présence de Maria, la jeune Galloise en Italie redonne de la vie à l'histoire, une nouvelle dynamique et j'ai même été émue dans les dernières pages.

Il s'agit d'un roman sur la vie, sur l'espoir et sur l'amour maternel à différents niveaux.

Même s'il ne sera pas mon coup de coeur de l'année j'ai apprécié ce roman et si vous aimez ce genre littéraire n'hésitez pas à vous plonger dans sa lecture.

 

¤ Si je devais lui mettre une note: 3,5/5

 

 

 

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article