Ô Pulchérie de Nathalie Sauvagnac

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Déserté peu à peu par ses habitants, le village de Saint-Eloi dépérit. Un beau jour arrivent Sylviane et Norbert, les amoureux marginaux, qui prennent possession de la maison de la Morte. Leur arrivée va réveiller la petite communauté vieillissante. Norbert fait une cuisine divine et Sylviane fait des enfants. Pour qu'ils ne s'enfuient pas, le village tout entier prend en charge la famille, la protège du monde extérieur. Pulchérie rebelle et sensuelle, Martian malade des autres, Nicomède indomptable et fragile, Albiane éternelle enfant qui parle avec les morts, sont les enfants sauvages et asociaux de la famille Lecoeur. La vie s'écoule, à l'abri de la maison. Jusqu'au jour où Pulchérie se met en tête de gagner le concours de majorettes local. Tout Saint-Eloi se mobilise pour que la jeune fille réalise son rêve. Et c'est alors que les murs de la maison commencent à s'effriter...

 

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Denoël (1 février 2018)
  • Collection : ROMANS FRANCAIS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2207140733
  • ISBN-13: 978-2207140734
  • Dimensions du produit: 20,5 x 1,3 x 14 cm

 

¤ A propos de l'auteure:

Nathalie Sauvagnac écrit depuis... depuis qu'elle sait écrire. Des romans, des nouvelles mais aussi des pièces de théâtre qui ont été jouées de nombreuses fois. Nathalie est professeur de théâtre, blogueuse, metteur en scène, comédienne et directrice d'une compagnie.

 

¤ Ce que j'en ai pensé:

Tout d'abord je tiens à remercier Babelio et les Editions Denoël qui m'ont fait parvenir ce roman dans le cadre de l'opération Masse Critique, sans cela je n'aurais probablement jamais découvert ce dernier.

 

Je ne connaissais pas du tout Nathalie Sauvagnac mais j'ai aimé ce que j'ai lu, un style moderne et agréable à lire et une histoire bien ficelée.

 

Le résumé et la couverture ont guidés mes pas vers ce roman mais je ne savais pas à quoi m'attendre, je dois dire que tout le long de ma lecture mon humeur a oscillée entre révolte et tendresse. Révoltée par les personnages de Norbert et Sylviane, attendrie par les villageois qui s'occupent des enfants de ces derniers par amour de leur village et affection pour des petits délaissés par des parents démissionnaires, non ce n'est pas le bon terme, délaissés par des géniteurs non concernés par le devenir de leur progéniture.

 

Ces enfants ont des prénoms originaux inspirés par les personnages de Corneille, une référence littéraire qui sera un des fil rouge de cette tragédie familiale.

 

Les quatre enfants de cette fratrie quelque peu atypique, sont attachants, très différents les uns des autres : Pulchérie qui rêve de ressembler à sa mère sensuelle et absente; Martian, timite et hypersensible qui se rend malade pour tout et tous; Nicomède, le révolté, qui ressemble à son père, créatif et sauvage et Albiane, éthérée, qui parle à sa défunte aïeule (La Morte qui est un personnage à part entière de ce roman).

 

Comme vous l'aurez compris les personnages sont complexes, je n'ai pas su m'attacher particulièrement à eux, j'ai été plus touchée par l'élan humain d'un village entier qui refuse de mourir et qui fera tout pour garder la vie chez eux, en pardonnant et acceptant tout de cette famille bohème.

 

Devenir majorette, le but de Pulchérie sera le début de son parcours vers son épanouissement, entre sensualité et manipulation, la jeune fille ne choisira jamais vraiment de quel côté basculer, elle saura prendre ses responsabilités pour mieux les fuir, suivant le modèle de ses parents....

Lorsque Pulchérie croise Rodolphe, un autre adolescent un peu particulier, elle ressent pour lui cette attraction qu'il y a entre ses parents et voient en lui celui avec lequel elle peut assouvir cette sensualité qui la dévore, il intégrera donc le cercle familial et deviendra un spectateur de l'action puisque pas assez courageux pour y participer.

 

Même si cette famille ne ressemble en aucun cas au schéma que l'on se fait de la famille parfaite, les enfants démontreront la confiance et l'amour sans failles qu'ils se portent et c'est ce qui est beau dans ce roman.

Le roman est assez court, mais en 160 pages Nathalie Sauvagnac nous dresse un portrait sans concessions de la famille Lecoeur; on le lit comme en apnée et lorsqu'on tourne la dernière page, on est à bout de souffle et il faut prendre son temps pour s'en remettre.

J'ai passé un bon moment de lecture et ce roman restera longtemps dans mon esprit, et c'est ce que l'on espère lorsqu'on referme un bon livre.

Si vous voulez lire un roman qui ne ressemble à aucun autre, n'hésitez pas à vous lancer !

¤ Si je devais lui mettre une note: 4.5/5

 

Il est vrai que, lorsque l'enfant est beau, l'affection est plus rapide

p. 54

Finalement Rodolphe, s'il n'était pas si riche, si grand, si beau, n'aurait aucun intérêt.

p. 74

Commenter cet article