Ca Tome 1 & 2 de Stephen King

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle

Tome 1

Enfants, dans leur petite ville de Derry, Ben, Eddie, Richie et la petite bande du « Club des ratés », comme ils se désignaient, ont été confrontés à l’horreur absolue : ça, cette chose épouvantable, tapie dans les égouts et capable de déchiqueter vif un garçonnet de six ans…
Vingt-sept ans plus tard, l’appel de l’un d’entre eux les réunit sur les lieux de leur enfance. Car l’horreur, de nouveau, se déchaîne, comme si elle devait de façon cyclique et régulière frapper la petite cité.
Entre le passé et le présent, l’enfance et l’âge adulte, l’oubli des terreurs et leur insoutenable retour, l’auteur de Sac d’os nous convie à un fascinant voyage vers le Mal, avec une de ses œuvres les plus amples et les plus fortes.

 

  • Poche : 799 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (13 février 2002)
  • Collection : Fantastique
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2253151343
  • ISBN-13 : 978-2253151340
  • Dimensions du produit : 11 x 3 x 17,8 cm

 

Tome 2

De retour, après vingt-sept années, dans leur petite ville de Derry, les membres du « Club des ratés » (ainsi se nommaient-ils eux-mêmes sur les bancs de l’école) doivent affronter leurs plus terrifiants souvenirs, brutalement ressurgis.
ça : nul ne sait nommer autrement la chose inconnue qui semble devoir se réveiller cycliquement dans les entrailles de la ville, pour semer la mort et l’épouvante.
Roman de l’enfance, tableau saisissant de la vie américaine, cette œuvre ambitieuse est une parabole du Mal enfoui, refoulé, et de la violence de ses réapparitions. C’est enfin, et surtout, une des plus grandes œuvres de Stephen King, un festival de terreur.

 

  • Poche : 638 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (13 février 2002)
  • Collection : Fantastique
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2253151351
  • ISBN-13 : 978-2253151357
  • Dimensions du produit : 11 x 3 x 17,8 cm

 

¤ A propos de l'auteur :

 

Né en 1947 à Portland (Maine), Stephen King a connu son premier succès en 1974 avec Carrie. En une quarantaine d’années, on lui doit plus de cinquante romans et autant de nouvelles, certains sous le pseudonyme de Richard Bachman. Il a reçu de nombreuses distinctions littéraires, dont le prestigieux Grand Master Award des Mystery Writers of America pour l’ensemble de sa carrière en 2007. Son œuvre a été largement adaptée au cinéma et à la télévision. 

 

¤ Ce que j'en ai pensé :

 

Bon…. Tout d'abord il faut que je vous dise que je laisse cette chronique de côté depuis quelques années, oui depuis la sortie du premier volet de la nouvelle adaptation dans les salles obscures… Je sais que cela peut paraitre long mais c'était le temps qu'il me fallait pour me tempérer.

 

Dieu que ce fut long, je me souviens encore de mes lectures dans les années 90, chaque Stephen King était comme un plaisir coupable pour l'adolescente que j'étais, mais aujourd'hui, avec mon expérience, j'ai trouvé ces romans interminables. A mon humble avis avec 600 pages de moins cette histoire aurait été bien meilleure et plus digeste. Le commencement est poussif et le dénouement dérangeant.

 

Ca, reste et restera un classique du genre mais pour moi ce roman n'a pas bien vieilli. Les mœurs ont évoluées et certaines scènes seraient censurées aujourd'hui ! Non pas que ces dernières soient glauques ou terrifiantes mais plutôt malsaines et pourtant je ne suis pas prude.

 

Tout n'est pas négatif dans ce roman, l'histoire tient en haleine puisque qu'on vient à bout des longueurs, la peur est bien présente et elle saisit au corps, il m'arrive d'ailleurs d'écouter la tuyauterie de ma salle de bain...

Stephen King excelle dans l'art de distiller les éléments au goutte à goutte., parfois même trop lentement. Ce que j'ai apprécié le plus c'est le détail de l'origine du mal, on sait au final d'où cela vient, depuis quand ça dure, le lecteur n'a pas cette frustration du non-dit même si l'explication peut ne pas convenir à tous.

J'ai beaucoup apprécié les références de l'auteur aux classiques du genre notamment à la page 317 du tome 2 de mon édition où l'allusion à Dracula de Bram Stoker ne peut pas passer inaperçue ! 

J'ai préféré le récit  des enfants, plutôt que celui des adultes mais les deux sont complémentaires et celle ellipse temporelle est un point fort du roman. Le Club des ratés est tout de même attachant.

Derry n'est vraiment pas une ville dans laquelle j'aimerai me rendre, son histoire ne na rend pas attrayante !

 

Le récit est très complexe car oscille entre deux périodes temporelles et entre è personnages différents.

 

Il est notoire que Stephen King a disséminé dans ce roman des éléments autobiographiques émanant de son enfance dans les années 50.

 

Ca est reconnu comme étant un des romans fondateurs de l'univers de Stephen King, il a donné l'impulsion à de nombreux autres romanciers et créateurs, comme par exemple Maxime Chattam en France, qui a repris quelques éléments du roman dans Le Signal et dont le premier roman le Vème règne est clairement inspiré de celui-ci.

 

Comme tout classique, ce roman mérite d'être lu, tout en sachant qu'il ne faut pas s'attendre à un rythme effréné. 

 

Est-ce que je le recommanderai ? J'en n'en suis pas certaine car je n'ai pas été emballée mais je ne le déconseillerai pas non plus. Mon avis est partagé, comme le fut la critique lors de la sortie du roman. Il faut tout de même avouer que Pennywise aura traumatisé toute une génération d'enfants !

 

 

¤ Si je devais lui mettre une note : 3.25/5

 

Je n-ne vois qu'une r-raison, répondit Bill. On retourne à s-ses chauchemars q-quand on est à-à la recherche de s_soi-même.

Tome 2 p. 359

Quand on était partie prenante d''un changement, il était plus difficile à distinguer. Il fallait prendre du recul pour cela...essayer au moins.

Tome 2 p. 372

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article