Un autre Brooklyn de Jacqueline Woodson

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ? 

« La première fois que j'ai vu Sylvia, Angela et Gigi, ce fut au cours de cet été-là. Elles marchaient dans notre rue, en short et débardeur, bras dessus bras dessous, têtes rejetées en arrière, secouées de rire. Je les ai suivies du regard jusqu'à ce qu’elles disparaissent, me demandant qui elles étaient, comment elles s'y étaient prises pour... devenir. »
August, Sylvia, Angela et Gigi sont quatre adolescentes, quatre amies inséparables qui arpentent les rues du Brooklyn des années 1970, se rêvant un présent différent et un futur hors du commun. Mais un autre Brooklyn, où le danger rôde à chaque coin de rue, menace les espoirs et les promesses de ces jeunes filles aux dernières heures de l'enfance.

Un charme étrange et pénétrant. Une écriture solaire. Tout bouleverse dans ce récit à fleur de peau. Les Échos.

Une nouvelle grande voix de la littérature américaine, féministe, puissante et intelligente. Transfuge.

Un pur roman d’apprentissage. Télérama.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sylvie Schneiter.

 

  • Poche : 168 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (28 août 2019)
  • Collection : Littérature
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2253906913
  • ISBN-13 : 978-2253906919
  • Dimensions du produit : 11 x 1,1 x 17,9 cm
  •  

¤ A propos de l'auteure :

Jacqueline Woodson est l’auteur de plus de vingt livres de littérature jeunesse qui lui ont valu les prix les plus prestigieux, dont le National Book AwardUn autre Brooklyn, son premier roman pour adultes en plus de vingt ans, a été finaliste du National Book Award en 2016. Elle vit à Brooklyn avec sa famille.

¤ Ce que j'en ai pensé :

Rien que le titre de ce roman est un chant de sirène pour moi… Lorsque j'ai décidé de me plonger dans ce dernier, c'est avec délice que le style et le vocabulaire de l'auteure m'ont fait plonger dans l'ambiance du Brooklyn d'il y a quelques décennies,, celui des années 1970.

Nous nous retrouvons plongés dans la jeunesse de quatre adolescentes qui découvrent la vie, l'amitié, les relations amoureuses, la perte et la religion. Toutes les thématiques difficiles et importantes sont abordées avec délicatesse et profondeur. 

Jacqueline Woodson écrit la douleur d'un déracinement du Tennessee pour August (et sa famille) qui se demande ce qui est arrivé à sa mère et qui souhaite s'intégrer dans sa nouvelle vie en se liant d'amitié avec les filles qu'elle observe de sa fenêtre. 

Pour moi ce roman a quelque chose de dramatique et de bouleversant mais est en même temps un cri d'espoir, qui veut donner confiance en l'avenir, même à des personnes ayant vécu le pire. 

Féministe et engagé, ce roman, laisse une emprunte indélébile sur le lecteur.  Il s'en dégage une poésie et une sensibilité qui m'ont beaucoup touché.

J'aime la façon dont l'auteure abordé le sujet complexe de la religion et également celui de la sexualité naissante de ces familles et adolescentes. L'auteure écrit aussi la douleur de la perte familiale, amoureuse et amicale, tout en démontrant que l'humain peut se remettre de tout avec le temps sans jamais rien oublier.

Je ne saurai que recommander ce roman, trop court à mon coup, dont la lecture a laissé une empreinte indélébile sur la lectrice que je suis.

 

¤ Si je devais lui mettre une note : 5/5 

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article