La tresse de Laetitia Colombani

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

 

  • Poids de l'article : 100 g
  • Poche : 240 pages
  • ISBN-10 : 2253906565
  • ISBN-13 : 978-2253906568
  • Dimensions du produit : 11 x 1.2 x 18 cm
  • Éditeur : Le Livre de Poche (30 mai 2018)
  • Langue : : Français

¤ A propos de l'auteure :

Cinéaste, scénariste, comédienne et romancière, Laetitia Colombani est l’auteure de La Tresse, vendu à plus d’un million d’exemplaires en France, traduit dans 40 langues et couronné d’une vingtaine de prix littéraires. Le roman est actuellement en cours d’adaptation pour le grand écran. 

¤ Ce que j'en ai pensé :

Cela faisait un moment que je voulais lire ce roman, depuis sa sortie en grand format, mais j'ai attendu la sortie en poche pour me lancer, il y a quelques mois de cela. Beaucoup d'encre a coulé à propos de ce roman, Yann Moix n'a pas été très tendre avec l'auteure comme à son habitude, mais j'ai décidé de me faire ma propre opinion... Que dire ? 

Le style est beau, la plume plutôt légère et la construction bien faite, le lecteur ne se perd pas entre les lieux et les personnages. Les personnages sont attachants et le propos central est touchant,  Smita, Giulia et Sarah sont des personnages forts, dans le sens noble du terme, j'entends par là qu'on ne peut pas rester insensible à ce qui leur arrive, on s'attache à elles et c'est un des ingrédients primordiaux dans un bon roman.

Même si l'histoire n'a rien de révolutionnaire, j'ai beaucoup aimé le fait que les trois histoires si différentes se rejoignent à un moment donné, et cela même si, pour ma part, je l'ai vu arrivé gros comme une maison victorienne !

Ce roman est positif et démontre que malgré les accidents de la vie, ses aléas, il faut s'accrocher et toujours y croire pour s'en sortir. L'intention est bonne même si elle peut paraître simpliste. Ce roman se lit rapidement, avec une certaine avidité.

Laetitia Colombani va connaitre un succès à chacune des sorties de ses prochains romans car elle a su parler à son lectorat.

La tresse de ce roman est un fil conducteur, qui va lier le destin de ces trois femmes remarquables. Si vous n'avez pas encore lu ce roman court, je ne peux que vous le conseiller.

¤ Si je devais lui mettre une note : 4/5

Un père ça ne meurt pas, un père c'est éternel, c'est un roc, un pilier, surtout le sien,

p. 51

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article