Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'envers des contes, Tome 4 : Journal d'un nain pas si grincheux de Catherine Girard-Audet

Publié le par __Troubles__

L'envers des contes, Tome 4 : Journal d'un nain pas si grincheux de Catherine Girard-Audet

¤ Présentation :

L'envers des contes, Le journal du nain pas si grincheux: Dans cette série de romans courts et pétillants, Catherine Girard-Audet, l'auteure de « La vie compliquée de Léa Olivier », jette un regard amusé dans les coulisses des contes de fées. Avec sa drôle de plume, elle nous narre les aventures déjantées et croquignolesques des personnages secondaires des contes de notre enfance. Après la sœur (pas si) laide de Cendrillon, le (pas si) Grand Méchant Loup et la belle-mère (pas si) cruelle de Blanche-Neige, elle s'intéresse au nain (pas si) grincheux. Amateurs de contes de fées, friands d'humour décalé à la Shrek ou fans de Léa Olivier, cette collection est faite pour vous !

  • Broché: 136 pages
  • Editeur : Kennes Editions (21 octobre 2015)
  • Collection : L'envers des contes
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2875801686
  • ISBN-13: 978-2875801685
  • Dimensions du produit: 20,5 x 1 x 12,8 cm

¤ Mon avis :

J'ai reçu ce livre grâce à Kennes Editions que je remercie pour ce partenariat. Commencer la lecture par le quatrième tome pourrait sembler difficile mais ce ne fut pas du tout le cas. En effet chaque histoire est indépendante des autres, même si on croise les personnages des tomes précédents ou que des allusions y sont faites.

Toute la population de Livredeconte s'inquiète pour Grincheux qui semble de plus en plus solitaire, chacun fait ce qu'il peut pour lui faire retrouver la joie de vivre, y compris Rose, psychologue qui fait tout pour comprendre ce qui a amené Grincheux à être aussi fermé. Rien n'y fait, que ce soit penser à ce qui le rend heureux ou passer de temps avec ses proches, depuis le départ de Blanche Neige, le bonheur l'a déserté. Puis Grincheux rencontre Perle, la cousine de Boucle d'or et à partir de ce moment il se décide à prendre les choses en main et se lance dans la quête du sourire retrouvé!

Je ne vous raconterai pas la fin du livre pour conserver le mystère mais il s'agit clairement d'une quête à l'ancienne avec de nombreux retournements de situation même si le nombre de pages est limité!

On ne s'ennuie pas dans la lecture, car les chapitres sont courts et parfois joliment agrémentés de dessins. Initialement prévue pour un jeune public, je me suis pourtant prise au jeu et j'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Vous pouvez partager ce livre avec vos enfants en lecture avant le coucher, mais il est également possible,grâce aux contenus additionnels d'en faire une lecture conviviale, il y a des jeux pour mieux comprendre les thèmes abordés mais également de recettes à faire en famille ou entre amis sous la surveillance d'un adulte bien entendu !

Les personnages sont attachants, les décors sont un régal pour l'imaginaire, il ne faut absolument pas se priver d'un tel moment de lecture.

Il s'agit vraiment d'une lecture pédagogique, qui peut apprendre à l'enfant à appréhender la différence avec tolérance et surtout qui enseigne que l'amour peut guérir tous les maux.

N'hésitez pas à vous plonger dans l'univers des contes sous le regard des personnages secondaires, cette revisite est un régal !

Allons,m'a-t-elle répondu, bien sûr que c'est "ton truc"! Tout le monde mérite d'aimer et d'être aimé.

p.26

L'important, c'est que tu fasses les choses pour toi,m'a-t-elle dit. Si tu es bien comme tu es, alors tu dois apprendre à te moquer de l'opinion des autres. Mais si tu as envie de changer et d'apprendre à rire, alors qu'est-ce qui t'en empêche?

p.42

¤ L'avis de @_ACecilia_

Le journal de Grincheux est un roman très court, très facile à lire et que je peux déjà vous recommander surtout si vous avez des enfants. Cela étant même si vous n’en avez pas je vous le conseille car c’est un petit livre très sympathique.

Vous allez pouvoir découvrir Grincheux sous un autre angle et mieux comprendre le pourquoi de son comportement. C’est un nain attachant avec qui il est agréable de partir à l’aventure.

Tout au long de ce petit roman, l’auteure nous fait rencontrer d’autres personnages qui vont aider notre nain dans sa quête. Je ne vous en dis pas plus sur l’objet de celle-ci je ne souhaite pas gâcher votre lecture. En tous les cas n’oubliez pas de sourire à la vie, de sourire à l’amour… cela vous donnera des ailes.

Le livre sous forme de journal est très bien fait, très agréable, j’ai beaucoup aimé les petits dessins qui viennent ponctuer la lecture. De nombreux thèmes sont abordés mais le tout est fait de façon simple et efficace, et je pense que c’est un réel bonheur de le lire à nos enfants afin de partager un moment en famille.

Réel coup de cœur pour les bonus à la fin du livre : des jeux, des questions, et même des recettes… non seulement vous passer un moment de lecture avec vos enfants mais en plus vous pouvez ensuite partager et échanger avec eux. C’est juste magique ! Lecture joliment prolongée.

Second coup de cœur pour les noms des villages : Livredeconte… je vous laisse découvrir les autres personnellement je me suis laissée embarquer.

J’ai donc beaucoup aimé ce livre, j’ai aimé le style de l’auteure et j’ai réellement envie de découvrir les autres petits romans du même type, de la même série et je suis certaine que je ne resterais pas sur ma faim, surtout si il y a encore des recettes gourmandes à la fin des livres !

Je ne suis pas un rat ! Je suis un écureuil!

C'est du pareil au même, a-t-elle rétorqué. Tu es un rat avec une jolie queue !

Et toi, tu n'es qu'une tête à bouclettes !

p.88

Partager cet article

Repost 0

Horrible prophétie de Victoria Martin

Publié le par __Troubles__

Horrible prophétie de Victoria Martin

¤ Présentation :

Un village doit accueillir la foire d'automne, seulement voilà : tout se complique lorsqu'un bateau fantôme arrive au port. C'est alors la réalisation d'une horrible prophétie qui va entraîner la population dans le chaos. Lénora, jeune magicienne diplômée de l'Académie de Magie, est témoin d'un drame qui la marquera à jamais...

¤ L'auteure :

« J'écris depuis l'âge de huit ans. Auteur de nouvelles et de fanfictions sur Internet depuis plusieurs années, je compose essentiellement des textes pour le plaisir. Plaisir que je souhaiterais partager avec vous, en vous plongeant dans une atmosphère totalement imaginaire. Horrible prophétie est ma première nouvelle éditée, mélangeant fantasy et pouvoir. »

  • Broché
  • Editeur : Edilivre-Aparis (10 juin 2015)
  • Collection : CLASSIQUE
  • ISBN-10: 2332939237
  • ISBN-13: 978-2332939234
  • Dimensions du produit: 0,3 x 13,4 x 20,4 cm

¤ Mon avis :

J'ai répondu à un appel de l'auteure qui recherchait des blogueurs et blogueuses pour chroniquer sa nouvelle et elle me l'a donc gentiment fait parvenir en format électronique.

Il s'agit d'un format relativement court qui se lit facilement. L'histoire en elle-même n'est pas mauvaise et est parfaitement ancrée dans son univers dark fantasy.

On y croise magiciens, vampires et loup-garous, toutes les créatures mythiques et mystiques que l'on s'attend à trouver dans ce genre d'univers.

Il y a des coquilles, quelques fautes qui auraient dues être corrigées avant la publication, le style est sympathique, il y a peu de dialogues, mais cela ne dessert pas le récit puisque cela fait partie intégrale de la spécificité de cette nouvelle.

Les personnages ne sont pas spécialement attachants et on ne s'identifie pas à eux, le texte étant court, encore une fois cela n'a rien d'étonnant.

Le vocabulaire est parfois mal choisi, on peut mettre cela sur le compte de la jeunesse de l'auteure et je pense que cette dernière sera plus vigilante pour ses prochaines parutions, car je l'encourage à travailler encore et encore afin de publier une merveille du genre!

Il faut tout de même que je vous note un exemple d'erreur à ne pas réitérer pour ne pas perdre le lectorat : "Des matins durant, Lénora apprit à contrôler la magie noire le matin et se consacrait à ses recherches l'après-midi" p. 19

Ou encore : "Elles étaient annonciatrices de cahot, de destruction et de sang" p.33

En bref, il y a du potentiel chez cette jeune auteure, je pense qu'elle doit cependant être un peu plus attentive et travailler et retravailler encore ses textes.

Vous pouvez découvrir sa nouvelle directement sur le site de son éditeur mais également chez Amazon et autres libraires.

Publié dans Chroniques de livres

Partager cet article

Repost 0

Quelqu'un pour qui trembler de Gilles Legardinier

Publié le par __Troubles__

Quelqu'un pour qui trembler de Gilles Legardinier

¤ Présentation :

Pour soigner ceux que l'on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu'il apprend que la femme qu'il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent. Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n'importe quel inconnu. Est-il possible d'être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l'aide de ceux que le destin placera sur sa route. Voici la réjouissante histoire de ce que nous sommes capables de réussir ou de rater au nom de la seule chose qui compte dans nos vies. Grâce à ses best-sellers, Gilles Legardinier a fait rire et ému des millions de lecteurs à travers le monde. Son humour et une humanité sincère, alliés à un goût unique pour les histoires décalées, trouvent un écho de plus en plus grand. Une fois de plus, à travers des personnages bouleversants et des situations hilarantes dont il a le secret, cet auteur atypique parvient à nous surprendre pour mieux nous entraîner ailleurs, au plus profond de nous...

¤ Biographie de l'auteur :

Gilles Legardinier s'est toujours attaché à faire naître des émotions qui se partagent. Après avoir travaillé sur les plateaux de cinéma américains et anglais, notamment comme pyrotechnicien, il a réalisé des films publicitaires, des bandes-annonces et des documentaires sur plusieurs blockbusters. Il se consacre aujourd'hui à la communication pour le cinéma pour de grands studios et aux scénarios, ainsi qu'à l'écriture de ses romans. Alternant des genres très variés avec un même talent, il s'est entre autres illustré dans le thriller avec L'Exil des Anges(Prix SNCF du polar 2010) et Nous étions les hommes (2011), et dans la comédie, qui lui a valu un succès phénoménal aussi bien en France qu'à l'international avec Demain j'arrête !(2011), Complètement cramé ! (2012), Et soudain tout change (2013) et Ça peut pas rater ! (2014). Quatre de ses romans sont actuellement en cours d'adaptation au cinéma.

  • Broché: 429 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (1 octobre 2015)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2265099279
  • ISBN-13: 978-2265099272
  • Dimensions du produit: 22,5 x 2,8 x 14 cm

¤ Mon avis :

Ce n'est un secret pour personne, je suis une inconditionnelle de Gilles Legardinier, et comme chaque année la parution de son nouveau roman est un événement. Comme le veut la tradition, cette fois encore j'ai succombé à la tentation (Que c'est bon!) et j'ai dévoré ce roman.

Gilles a le pouvoir de nous transporter à chaque fois dans des univers différents et cette fois j'ai été particulièrement touchée par l'histoire de Thomas, médecin humanitaire qui n'a d'autre choix que de quitter ceux qui sont devenus sa famille, lorsqu'il apprend qu'il y a vingt ans il est devenu père sans jamais rien en savoir. Il se demande comment faire partie de la vie d' Emma, sa fille, sans bouleverser son monde, sans être une onde de choc.

On suit son parcours de réapprentissage de la vie dans une ville d'occident qui bat au rythme des nouvelles technologies et de la société de consommation. Il se rapproche du lieu de résidence de sa fille et de son ancien amour mais ne se manifeste pas, il aime à distance, apprend à connaitre par l'observation minutieuse de la vie qui passe...

Thomas va travailler dans une résidence de personnes âgées avec lesquelles des liens forts vont se tisser, de la complicité, de l'amitié et du respect ! On apprend beaucoup des anciens, l'humanité à toujours quelque chose à enseigner.

Parce que l'imminence de la séparation libère les sentiments. Parce que les humains attendent toujours l'ultime limite pour oser avouer.

p.20

Chaque personnage à ses forces et ses faiblesses, chaque lecteur s'attache à celui qui lui rappelle volontiers un être cher, une connaissance. On se rend compte au fil des pages que s'amuser et aimer la vie n'est pas l'apanage de la jeunesse, bien au contraire !

Il est difficile de parler des pensionnaires de la maison de repos sans dévoiler des choses essentielles sur le déroulement de l'histoire, alors je me contenterai de vous dire qu'ils sont profondément attachants et représentent l'humanité dans sa quintessence.

Pour moi Thomas est un héros au sens noble du terme, même si on peut croire que sa vocation est une façon de ne pas avoir à vivre sa vie. Il est au service des autres, il aide son prochain, il est humble et bon comme le sont trop rarement les gens de nos jours. Il y a chez ce personnage quelque chose des héros romantiques du XIXème siècle.

Mais l'expérience avait appris à Thomas qu'au-delà de l'apparence d'un instant se cache parfois la douleur d'une vie.

p.54

Grâce au personnage de Thomas, on se recentre sur ce qui est important dans la vie, on oublie rapidement les désagréments d'un téléphone qui ne fonctionne pas, de l'absence d'internet... Quelle importance si au supermarché on ne trouve pas le paquet de riz dont on a envie ? Il y en a tant d'autres...

Gilles Legardinier est un magicien des mots et sa philosophie de la vie me fait grandir.

N'ayez aucun regret, doc. Jamais. Ils sont la rouille du cœur.

p.146

Cet auteur me touche même dans sa vision des animaux, pour lui ce sont des personnages à part entière dans ses écrits et cela le rend encore plus attachant.

Mon chien est toujours là pour moi. Il me protège. Il m'accepte comme je suis. Je sais qu'il ne me trahira jamais. De combien de personnes peut-on dire cela au cours d'une vie?

p.183

Bref vous aurez compris que pour moi Quelqu'un pour qui trembler est une réussite, ce roman est une pépite et je le mets directement dans mon Top 2 des ouvrages de l'auteur ! N'hésitez pas à vous ruer dans les allées de votre libraire préféré pour l'acquérir, c'est un roman qui ne laisse pas indifférent et selon votre sensibilité vous sortirez peut-être de cette lecture transformé !

Gilles sachez que vos lecteurs vous aiment, vous rencontrer fut un moment magique et j'espère qu'un jour, de nouveau, je pourrais discuter avec vous de tout ce que m'apportent vos romans !

Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous motive, nous porte, nous construit. La seule chose qui compte, c'est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux. L'essentiel, c'est d'avoir quelqu'un pour qui trembler

p.190

Publié dans Chroniques de livres

Partager cet article

Repost 0

The book of Ivy, Amy Engel

Publié le par __Troubles__

The book of Ivy, Amy Engel

¤ Présentation :

Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? À la suite d'une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s'est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s'est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l'unité du peuple. Cette année, mon tour est venu. Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L'objectif, c'est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu'un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu'un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu'en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l'enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer... Sera-t-elle à la hauteur ? Book of Ivy est le premier roman d'Amy Engel, à la fois suspense insoutenable, dystopie cruelle et histoire d'amour torturée.

  • Broché: 341 pages
  • Editeur : Lumen (5 mars 2015)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2371020354
  • ISBN-13: 978-2371020351
  • Dimensions du produit: 22,6 x 2,9 x 14,2 cm

¤ Mon avis :

Ce roman est dans ma PAL depuis le début de cette année, la date de sortie du second et dernier volet ayant été annoncée, je me suis donc décidée à en commencer la lecture. Déjà, je trouve que la couverture française est absolument sublime, les éditions Lumen ont fait un travail remarquable.

L'histoire en elle-même m'a un peu déstabilisée dans un premier temps, en effet sans préambule le roman commence le jour de la cérémonie de mariage d'Ivy et Bishop. Très vite on nous raconte comment les personnages en sont arrivés là et pourquoi cette cérémonie a lieu.

Tous les éléments du roman Young Adult sont présents mais celui-ci à un je-ne-sais-quoi de plus, il s'agit bien d'une dystopie post-apocalyptique mais derrière tout cela il y a une réflexion plus profonde sur le pouvoir, la loi, la survie après la guerre et sur les valeurs morales et familiales. Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour nos convictions? Ivy doit choisir sa voie et on se prend à douter avec elle.

Amy Engel a su me réconcilier avec un genre qui tombait dans la routine, je me suis passionnée pour ses personnages, mystérieux, profonds et humains. Ivy est une héroïne comme je n'en avais pas croisé depuis trop longtemps !

Bishop n'est pas un stéréotype d'homme idéal et c'est ce qui le rend si séduisant.

Le relations familiales sont troubles, on ne sait pas où commencent les manigances politiques et où s"achève la jalousie...

Le second tome sera celui des révélations mais également du dénouement. Qu'y-a-t-il derrière les barrières de la ville ? Que sont devenues les personnes expulsées ? Que réserve l'inconnu à Ivy ? Bishop va-t-il suivre son instinct? La frustration que l'on ressent en achevant ce roman va bientôt prendre fin, mais c'est tellement bon de se questionner sur ses lectures, d'attendre avec impatience la suite...

Je ne peux que conseiller la lecture de The book of Ivy, ne serait-ce que par curiosité, plongez-vous dans cet univers surprenant !

Publié dans Chroniques de livres

Partager cet article

Repost 0

Le gouvernement des divas d' André Cognard

Publié le par __Troubles__

Le gouvernement des divas d' André Cognard

¤ Présentation :

Très vite dans ce roman, nous quittons l'univers confiné de l'opéra : le luxe, des divas adulées et capricieuses offrant leur voix à un public de privilégiés. Edwina, dite Madame, décide, après avoir chanté le Panis Angelicus, de ne chanter que pour Dieu et d'en finir avec la starification : un premier pas pour révéler la vérité profonde de l'opéra et du chant lyrique c'est à dire unir les âmes. Ce premier pas, elle le fait en disparaissant, laissant ses amies, madame Solti, Yukiko, Irina, chanteuses lyriques comme elles, désemparées mais bien décidées à la retrouver et à lui rester fidèles. Portées par sa « voix », celles-ci vont faire le second pas, en initiant le gouvernement des divas : harmoniser l'humanité par l'émotion du chant et se produire dans des lieux souvent improbables ou impensables. Aidées par le président des États-Unis, elles vont, par ces concerts, donner au monde un visage plus spirituel. Rejointes à la fin par Madame, définitivement réapparue, elles se retrouvent à Ramallah pour un ultime concert de la paix, concert qui fait fortement résonner une question : que faire de cette violence qui demeure insensible au Panis Angelicus ?

  • Broché
  • Editeur : Association Centon (15 septembre 2015)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2915384231
  • ISBN-13: 978-2915384239

¤ Mon avis :

J'ai reçu ce roman dans le cadre du Masse Critique, organisé par Babelio, sans cette opération, il y a très peu de chances que mon choix se soit porté sur cet ouvrage.

Dans un premier temps, l'objet livresque en lui-même n'a rien de particulier, majoritairement blanc avec une seule illustration en couverture, une diva, il n'y a rien qui attire vraiment l’œil.

Je ne connaissais ni l'auteur, ni la maison d'édition, j'ai donc eu l'occasion de faire leur connaissance cette semaine. Centon éditions, éditent des ouvrages ayant pour sujet les sciences humaines, l'art ou encore la culture japonaise, ce qui explique que le vocabulaire utilisé dans le roman est un peu plus soutenu que ce que l'on rencontre usuellement.

Le style d'André Cognard est un peu ampoulé et parfois assez lourd, ce qui ne rend pas la lecture facile, mais il est en parfaite adéquation avec le sujet traité, on ne peut pas parler d'opéra avec un langage profane. L'histoire en elle-même est parfois un peu obscure, Edwina, chanteuse lyrique, refuse de chanter pour le public habituel des opéras,elle souhaite chanter uniquement pour Dieu et pour les défavorisés, elle disparait subitement, laissant Mme Solti, sa plus grande amie dans la détresse. Elle la cherchera partout et se rapprochera de Yukiko, la disciple d' Edwina, ainsi que d'Irina nouvelle soliste qui émerge sur la scène lyrique.

Les recherches ne donnent rien dans un premier temps, mais la révolution des mentalités est en marche, l'opéra doit servir à rapprocher les peuples, à prôner la paix.

Même si on voit où l'auteur veut en venir, le cheminement n'est parfois pas toujours clair. La réminiscence dans l'Allemagne nazie m'a un peu perdue, même si c'est le passage que j'ai préféré. Tout dans le roman s'explique et ai justifié, ce qui n'apparaissait pas comme une évidence au début.

La fin est bâclée à mes yeux, trop rapide, pas développée autant qu'elle l'aurait méritée.

Bref, on peut dire dans un sens que le roman est cohérent et correspond à son cahier des charges de par le thème abordé et par la volonté éditoriale, cependant je ne pense pas qu'il touchera un public très large comme le voudrait la morale de l'histoire.

Je regrette les petites boulettes éditoriales, surtout lorsqu'on mentionne le nom de la personne ayant effectuée la "relecture" pour exemple le "Elle l'a protégeait toujours,..."p27.

Mon bilan de lecture est assez mitigé, je n'ai pas détesté ce roman mais je ne suis pas non plus entièrement convaincue. Si le sujet vous intéresse n'hésitez pas à vous lancer mais n'attendez pas le roman du siècle.

Le gouvernement des divas d' André Cognard

C'est terrible l'oubli. Cela s'installe sans qu'on y prenne garde. C'est silencieux l'oubli".

p.57

"L'art a un rôle politique à jouer. S'il ne prend pas en charge ce rôle, il le joue malgré lui."

p.130

Publié dans Chroniques de livres

Partager cet article

Repost 0

Bilan du troisième trimestre 2015 ♥

Publié le par __Troubles__

Bilan du troisième trimestre 2015 ♥

Il est temps de procédé au bilan trimestriel que nous avons instauré sur le blog, comme vous pouvez le constater, le rythme est resté assez bon et j'ai pu ainsi terminer mon bilan annuel sur Goodreads !

36. L'accro du shopping à Hollywood, Sophie Kinsella

37. L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, Karine Lambert

38. Kamichu tome 2, Naruko Hanaharu

39. Dernier inventaire avant liquidation,Frédéric Beigbeder

40. 84, Charning Cross Road,Helen Hanff

41. La petite fille qui aimait la lumière, Cyril Massarotto

42. Vieux, râleur et suicidaire, la vie selon Ove, Fredrik Backam

43. Ce qui se passe au Mexique, reste au Mexique, Anne Dubois

44. Proies, Mo Hayder

45. 100 pages blanches, Cyril Massarotto

46. La lettre oubliée, Nina George

47. Intimidation, Harlan Coben

48. Le maître des livres Tome 1, Umiharu Shinohara

49. Tartes aux pommes et fin du monde, Guillaume Siaudeau

50. Accès direct à la plage, Jean-Philippe Blondel

51. Comptoir des soupirs, Olivier Piat

52. Les hommes sont des maîtresses comme les autres, Guillaume Chérel

53. Le scénario parfait, Camille Adler

54. Alors vous ne serez plus jamais triste, Baptiste Beaulieu

55. On ne voyait que le bonheur, Grégoire Delacourt

56. Zouck, Pierre Bottero

57. Une lettre de vous, Jessica Brockmole

58. Chloé, Constance et Jane Austen, Marie Vareille

59. Greenwich Village 1. Love is in the air, Gihef & Lapone

60. Les filles modèles Tome 1 Guerre froide, Marie Potvin

61. The book of ivy, Amy Engel

¤ Challenge "En 2015 je compte mes pages" : En ne comptant que les livres achevés, j'en suis à 17368 pages, une belle réussite pour moi.

¤ Challenge "Les 100 lectures 2015" : J'ai donc lu 61 livres en cette fin septembre, je ne suis pas sûre du tout de mener a bien ce challenge....

Je vais tâcher de poster plus de chroniques ces prochains jours car j'en ai vraiment beaucoup en attente !

Oups, j'allais oublié, j'ai finalement réussi à teminer

62.Cinquante nuances de Grey, E.L. James.

Comme quoi tout arrive !

Publié dans Bilan, Challenges

Partager cet article

Repost 0

Greenwich Village Tome 1 Love is in the air Gihef/Lapone

Publié le par __Troubles__

Greenwich Village Tome 1 Love is in the air Gihef/Lapone

Tout d'abord je tiens à remercier Kennes Editiions pour ce partenariat !

¤ Présentation :

C’était au temps où New York "new-yorkait"

Printemps 1960. Norman Oaks est chroniqueur à la pige pour un journal new-yorkais. Il vit seul mais heureux dans son appartement de Greenwich Village. Sa quiétude est troublée par la jolie Bebe Newman, une hôtesse de l’air particulièrement bruyante qui s’installe un étage au-dessus du sien. Elle aime faire la nouba jusqu’au petit matin; il aime se coucher et se lever à heures fixes. Elle ne jure que par la modernité; il préfère la tradition. Bref, tout les oppose. Et pourtant, pour décourager un ex aussi collant que peu recommandable, Bebe convainc Norman de se faire passer pour son compagnon et de partager avec lui le même appartement. Une cohabitation qui s’annonce explosive!

  • Album: 48 pages
  • Editeur : Kennes Editions (16 septembre 2015)
  • Collection : KE.GREENW.VILLA
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 287580166X
  • ISBN-13: 978-2875801661
  • Dimensions du produit: 24,1 x 1,1 x 32 cm

¤ Mon avis :

Je ne suis pas une grande lectrice de BD, j'aime à penser que je me concentre sur celles de qualité et celle-ci ne fait pas exception.

Avec plus de modestie, je ne me considère pas comme une experte dans le domaine, je vais donc vous donner mon avis de façon un peu abrupte mais sincère.

J'ai d'abord été attirée par la couverture de ce premier album dont les traits et les couleurs particulières interpellent. Lapone, dessinateur reconnu, grâce à son coup de crayon particulier, met en avant une histoire romantique et burlesque dans une Amérique un peu désuète, celle des années 60. Les couleurs utilisées nous mettent directement dans l'ambiance, et on sent presque l'odeur des rues de New York. Les dessins retranscrivent très bien l'ambiance de la ville et la ligne de ces derniers fait beaucoup penser à celle du cinéma des sixties.

Au niveau du scénario, que nous devons à Gihef, il est rythmé et drôle .Il est particulièrement difficile de créer un univers avec aussi peu de pages (48) mais le défi a été relevé avec brio, puisqu'on en redemande. La lecture est rapide et aisée, on déambule dans New York avec plaisir et on voudrait que cela dure.

Le scénariste Gihef a répondu à quelques questions sur un forum et on en a appris un peu plus sur les prochains volumes : « Il s'agit d'une série de one-shot avec des personnages aussi récurrents qu'interchangeables. En gros, le héros, c'est l'immeuble de Perry Street où se déroule l'action et ses locataires. Chaque récit aura sa propre personnalité et ses propres héros. Le Tome 1 est une comédie romantique à la Billy Wilder. Le Tome 2 sera un récit policier à la Hitchcock (avec moult clins d'œil et toujours de l'humour. Le Tome 3 sera un compte de Noël à la Capra (It's a Wonderful Life). Le Tome 4 évoquera la fin du ségrégationnisme aux USA et rendra hommage aux comédies musicales de l'époque... »

Même si vous n'êtes pas des irréductibles de BD cette lecture peut vous plaire et je vous la recommande vraiment, car j'ai passé un excellent moment de découverte. Cet univers a un véritable potentiel qui me tarde de voir décliner dans les prochains volumes.

¤ Voici l'avis de ma chère @_ACecilia_ sur ce premier tome de Greenwich Village:

Je ne suis pas une adepte des bandes dessinées, mais celle-ci a su capter mon attention dès que mes yeux se sont posés sur la couverture. Un titre accrocheur, des couleurs vivantes et envoûtantes, des dessins très sympathiques…. Et me voilà en train de le dévorer, oui oui dévorer cette bande dessinée.

Je ne sais pas combien de temps j’ai mis pour la terminer mais ce fut rapide. L’histoire est simple mais la dynamique est là. J’ai particulièrement aimé l’importance donné aux seconds rôles, et j’ai bien entendu adoré Bebe et Norman, ces 2 là m’ont beaucoup fait rire. Cette Bebe est une vraie tornade d’amour de glamour et d’humour. Les textes sont efficaces et le récit se lit facilement. J’ai vraiment eu l’impression de vivre dans ce quartier.

Les dessins sont tellement beaux que j’ai eu l’impression de me plonger dans les rues de GREENWICH VILLAGE, il m’était facile de retrouver les odeurs des commerces avoisinants, les gens qui déambulent sur les trottoirs, l’ambiance si particulière ! J’ai hâte de découvrir la suite. Ce premier tome est tout simplement une belle réussite, une jolie comédie romantique avec des airs de comédie musicale tout droit sortie de Broadway : BRAVO !

Greenwich Village Tome 1 Love is in the air Gihef/Lapone

Partager cet article

Repost 0