Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tôt, un matin de Virginia Baily

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Rome, 1943. Chiara, jeune résistante, assiste impuissante à une rafle dans le ghetto juif. Quand une femme pousse son petit garçon dans sa direction, elle n’hésite guère plus de quelques secondes et clame aux soldats que cet enfant est son neveu. Le petit Daniele Levy devient son protégé. Chiara l’aime comme son fils, même quand celui-ci, tourmenté par son passé en grandissant, s’éloigne du droit chemin.
1973. Maria, jeune Galloise de 16 ans, découvre par hasard que l’homme qui l’a élevée n’est pas son père. Elle est le fruit des amours éphémères de sa mère avec un jeune Romain, Daniele. Elle contacte Chiara puis part à sa rencontre en Italie. Chacune hantée par l’absence de Daniele garde l’espoir qu’il soit encore vivant…

  • Broché: 464 pages
  • Editeur : Editions France Loisirs (Jean-Claude Lattès) (1 septembre 2016)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2298118620
  • ISBN-13: 978-2298118629
  • Dimensions du produit: 20,1 x 12,4 x 3,6 cm

 

¤ A propos de l'auteure :

Tôt, un matin est le deuxième roman de l’auteur britannique Virginia Baily. Récompensée par le prix McKitterick en 2012 pour Africa Junction, elle est également auteure de nouvelles et de poèmes publiés dans de nombreuses anthologies. Créatrice du journal littéraire Riptide, elle en est l’une des rédactrices en chef.
Virginia Baily est titulaire d’un doctorat d’anglais de l’université d’Exeter.

 

¤ Ce que j'en ai pensé :

Quelle joie d'être inscrite chez France Loisirs, cela me permet d'avoir accès à ce genre d'avant première et cerise sur le gâteau, j'ai pu me l'offrir grâce à mes point club !

Pour ne rien vous cacher j'ai tout de suite été attirée par la couverture que je trouve magnifique, puis j'ai le le résumé et j'ai été conquise.

Passionnée d'histoire et particulièrement par la seconde guerre mondiale, le sujet était fait pour moi. Comme je le disais dans ma précédente chronique sur le roman Looping, je ne connaissais pas grand chose à l'histoire italienne avant, durant et relativement peu après la seconde Guerre Mondiale et c'est avec plaisir que j'ai découvert la vie à Rome et dans la campagne environnante.

Le style de Virginia Baily est assez classique et correspond parfaitement au sujet traité, cela permet d'avancer assez vite dans le récit. J'avoue cependant avoir été un peu décontenancée par la construction, en général lorsque l'on utilise plusieurs époques pour le récit, on le fait de façon explicite pour le lecteur, en changeant de chapitre par exemple; or ici ce n'est pas le cas, parfois les deux époques cohabitent dans le même chapitre, cela m'a perdue à quelques reprises.

Les personnages sont denses et compliqués à cerner, notamment Daniele, Chiara est une héroïne à sa façon car elle sauve un enfant juif d'une rafle mais l'auteure nous montre également ses faiblesses, ce qui la rend plus attachante aux yeux des lecteurs Cecilia est un personnage que je n'ai pas apprécié outre mesure, même chose pour celui de Cecilia.

Le premier tiers du roman se lit assez facilement, le décor et l'intrigue se mettent en place, puis le second tiers débuter et c'est là où j'ai eu un peu plus de mal, il y a quelques longueurs qui cassent le rythme et m'ont fait poser le roman, trop souvent, mais je voulais connaître le dénouement alors j'ai persévéré, et j'ai bien fait puisque la fin m'a convaincue.

La présence de Maria, la jeune Galloise en Italie redonne de la vie à l'histoire, une nouvelle dynamique et j'ai même été émue dans les dernières pages.

Il s'agit d'un roman sur la vie, sur l'espoir et sur l'amour maternel à différents niveaux.

Même s'il ne sera pas mon coup de coeur de l'année j'ai apprécié ce roman et si vous aimez ce genre littéraire n'hésitez pas à vous plonger dans sa lecture.

 

¤ Si je devais lui mettre une note: 3,5/5

 

 

 

Publié dans Chroniques de livres

Partager cet article

Repost 0

Il faut sauver John Lennon de Mo Daviau

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Karl Bender, barman et rocker, mène une vie tranquille jusqu'au jour où, à la recherche de ses vieilles rangers, il découvre dans son armoire un portail temporel. Son pote Wayne, informaticien, parvient à créer une machine capable de le contrôler. Une véritable aubaine : ils peuvent maintenant assister aux concerts les plus mythiques... et, fines mouches, mettre en vente des places pour les clients du bar !
Wayne, pour sa part, ne veut pas s'arrêter là. Il va faire quelque chose de grandiose : empêcher l'assassinat de John Lennon.

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (16 février 2017)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2258135060
  • ISBN-13: 978-2258135062
  • Dimensions du produit: 14 x 2,6 x 22,5 cm

¤ Biographie de l'auteure :

  Mo Daviau est née en Californie. Elle a travaillé comme éditrice de dictionnaires, archiviste, libraire, professeur à l'université... Aujourd'hui, elle écrit des articles pour la presse et participe à des spectacles de storytelling. Il faut sauver John Lennon, son premier roman, a été récompensé par l'Université du Michigan.

 

¤ Ce que j'en ai pensé:

J'ai eu la chance de recevoir les épreuves non corrigées de ce roman et je remercie pour cela la Librairie Dialogues et les Editions Presses de la Cité. Le résumé, ainsi que la couverture de ce roman m'ont vraiment donnés envie de le découvrir et je l'ai commencé le jour de sa réception.

L'histoire était prometteuse, pouvoir remonter le temps afin d'assister à des concerts, qui n'a jamais rêvé de pouvoir le faire ? On nous promettait de l'humour alors j'ai cherché...

Ca commençait bien, vraiment bien, les premiers chapitres nous entraînent rapidement dans ce monde rock'n roll mais pour moi l'effervescence n'a pas durée. Les propos scientifiques, bien que nécessaires, m'ont perdue. J'ai fini par m'ennuyer même si j'ai trouvé le personnage de Karl très attachant.

Le résumé du roman n'est pas l'intrigue centrale du roman et c'est bien dommage puisque là, ça aurait vraiment pu être drôle. Le personnage de Lena m'a fortement déplu, elle est pénible et même si elle a toutes les raisons du monde pour être telle qu'elle est, un peu de nuance aurait été bénéfique à l'histoire.

Vous aurez compris que la thématique principale de ce roman est le voyage dans le temps et l'impact que cela peut avoir sur le présent hypothétique ( que de grands mots !). Le passé est intéressant a revisité pour les nostalgiques et aussi pour les traumatismes que l'on vaudrait éradiquer, mais alors le futur décrit par Mo Daviau pour moi a été la goutte d'eau qui m'a quasiment poussé à ne pas terminer son roman.

J'ai persévéré, parce que je n'aime pas abandonner un livre, et parce que je gardais espoir.  Ce que j'ai préféré dans ce roman c'est la nostalgie qu'éprouvait Karl pour son histoire, même s'il a vécu des choses difficiles, il n'a jamais voulu changer le cours de l'histoire, un beau personnage avec des principes, construit de façon intelligente.

Wayne, et sa volonté de changer le monde, ce gentil utopiste mal dans sa vie, aurait mérité un traitement plus important. Karl Bender... Il restera un personnage mémorable. Le style de Mo Daviau est agréable, quand la science n'encombre pas le raisonnement et le propos final.

J'ai lu de nombreuses critiques positives sur ce roman, alors peut-être devriez-vous vous faire votre propre opinion et ne pas vous arrêter à mon ressenti, qui bien entendu est 100% subjectif.

Je n'ai jamais été aussi heureuse de terminer un roman et de passer à autre chose.

¤ Si je devais lui mettre une note : 2/5.

 

Il faut sauver John Lennon de Mo Daviau
Il faut sauver John Lennon de Mo Daviau

C'est un peu comme passer devant son ancienne maison. Elle ne t'appartient plus, et tu te sens mal quand tu vois ce que d'autres ont fait de la pelouse.

p. 169

Partager cet article

Repost 0

Prochainement sur le blog...

Publié le par __Troubles__

Une fois n'est pas coutume, je vais vous faire une petite liste non exhaustive des articles à venir sur le blog afin de vous donner plus de lisibilité !

 

  • Chronique du roman Tôt, un matin de Virginia Baily paru chez France Loisirs.
  • Présentation du Salon du livre de Bondues (59).
  • Chronique du dernier roman de Grégoire Delacourt Danser au bord de l'abîme chez JC Lattès.
  • Salon Lire Paris 2017.
  • Chronique d'Il faut sauver John Lennon de Mo Daviau aux Presses de la Cité.
  • Un nouveau rendez-vous hebdomadaire en cours de rédaction...

D'autres articles viendront se greffer à cette liste bien entendu, mais au moins vous avez un aperçu de ce qui vous attend !

Bonne lecture à tous ^^

Partager cet article

Repost 0

Looping d'Alexia Stresi

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Au début du XXe siècle, Noelie voit le jour dans une ferme italienne. Née d’un père inconnu, élevée par une mère analphabète, elle semble destinée à la vie des paysans pauvres de l’Italie d’alors.
Soixante ans plus tard, Noelie invite à déjeuner des célébrités de Cinecittà, ses amis du gouvernement, des ministres libyens du pétrole, des poètes, des huiles du Vatican et des amis d’enfance, restés ouvriers agricoles. Entre-temps, elle aura parcouru le Sahara à dos de chameau, piloté des avions pour rendre visite à des Bédouins, amassé une fortune et fait vivre ses rêves.
Qui est-elle ? D’où lui vient cette force, et son talent pour la vie ?
De ce qu’elle ne dit pas.

  • Broché: 264 pages
  • Editeur : Stock (8 mars 2017)
  • Collection : La Bleue
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2234081971
  • ISBN-13: 978-2234081970
  • Dimensions du produit: 13,5 x 2 x 21,4 cm

 

¤ Biographie de l'auteure :

Née en 1970, à Nantes, Alexia Stresi a été comédienne et scénariste.
Looping est son premier roman.

¤ Ce que j'en ai pensé :

Tout d'abord je tiens à remercier Lecthot, et en particulier Camille, qui m'ont permis de découvrir ce roman, ainsi que les éditions Stock.

Dans un premier temps, comment ne pas s'arrêter sur la couverture ? La photo choisie nous faut déjà voyager dans le désert dans un autre temps, ce qui est un très bon prologue pour le roman lui-même, dès le départ on se sent dans l'ambiance.

Noelie est le personnage central de ce roman, dès les premières pages elle est dans les airs alors qu'elle a plus de soixante ans... Sa petite fille nous raconte son histoire à partir de souvenirs d'enfance et de ce que sa grand-mère lui a raconté. De sa conception dans la campagne au nord de l'Italie, jusque dans le désert Libyen, on va suivre l'évolution de cette jeune femme résolument moderne. Les descriptions sont parfois à couper le souffle, je me suis plusieurs fois représenté le sable du désert et le vent du bord de mer, sans oublier l'odeur particulière des fleurs cultivées par la famille de Noelie.

Le style de l'auteure est fluide et très agréable, cela m'a permis d'avoir un bon rythme de lecture et de terminer très rapidement le roman. Je ne peux pas dire que je me sois particulièrement attaché aux personnages mais de façon général le récit est très intéressant, il donne un éclairage sur ce qu'était la vie paysanne au début du XXème siècle, mais surtout sur la place de la femme dans la société. Peu de roman de ma bibliothèque traitent de la société italienne, et encore moins à travers les deux guerres mondiales, j'ai donc vraiment apprécié ce côté historique. On ne fait que peu de fait de la volonté colonisatrice de l'Italie dans les années 30 et j'ai pu découvrir ce pan de l'histoire.

Looping pour moi a été une belle découverte, et le retournement de situation dans les dernières pages m'a vraiment surprise et cela a encore ajouté à mon plaisir. Alexia Stresi a signé un très bon premier roman et j'espère que les suivants seront au moins à moitié aussi bons.

La lecture est un plaisir et celui-ci est encore décuplé quand il me permet de découvrir des choses.

Symboliquement, le fait de poster cette chronique au lendemain de la journée mondiale des Droits de la femme est important puisque Alexia Stresi a fait de son personnage principal, l'incarnation de la femme moderne, que rien n'arrête, qui démontre que tout est possible quand on y croit.

Vous aurez compris que j'ai vraiment beaucoup aimé ma lecture et que je recommande vivement ce roman !

¤ Si je devais lui mettre une note : 5/5

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

A finir d'urgence !

Publié le

A finir d'urgence !

Grégoire  est un de mes auteurs préférés et je dois terminer ce roman avant le 19 mars, date à  laquelle je le rencontrerai de nouveau !

Partager cet article

Repost 0