Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

13 articles avec right under the blog

Écoute le rossignol de Lucy Strange by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

🔸️De quoi ça parle ?

Henrietta, surnommée Henry, emménage dans une grande maison à la campagne avec sa famille, qui est sens dessus dessous après un événement dramatique. Henry, esseulée, entreprend d’explorer les environs comme les héros de ses livres Alice au Pays des Merveilles et Moogli. Dans le bois d’à côté, elle rencontre Moth, une vieille dame étrange, qui malgré son allure de sorcière va devenir son amie et l’aider à sauver sa famille…


Dans la lignée de 14-14, Adèle et les Noces de la reine Margot et des Lettres volées  : un roman de qualité et accessible avec un fond historique.

 

  • Broché: 350 pages
  • Tranche d'âges: 9 - 12 années
  • Editeur : Castelmore (17 mai 2017)
  • Collection : CAS.LEC.8.12
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2362313034
  • ISBN-13: 978-2362313035
  • Dimensions du produit: 13 x 2,8 x 19,5 cm

 

🔸️Son avis

J’ai eu un coup de cœur, oui je vous l’annonce comme ça, dès le départ. J’ai craqué sur la couverture qui est originale, très jolie, qui inspire la quiétude, la douceur, le rêve mais qui a ce je ne sais quoi de mystérieux. J’ai passé ma main sur cette couverture et j’ai senti les détails, et je me suis mise à rêver avant même d’ouvrir le livre.

J’ai bien entendu pris le temps de lire le résumé, même si rien que la couverture me plaisait, il m’est arrivé souvent de craquer sur le visuel mais d’être déçue ne serait-ce que par le résumé.
Le décor est planté, l’Angleterre rurale d’après-guerre. Notre héroïne arrive dans sa nouvelle demeure, Hope House, un lieu qui lui paraît tellement immense et vaste du haut de ses 12 ans. Elle s’installe là avec sa famille, enfin ce qu’il en reste. Car d’apparence la famille est belle et réunie mais en réalité les choses sont bien différentes. 
Suite à un événement dramatique et tragique, survenu au sein de la famille, et les touchant directement, au plus profond de leur être, on découvre une famille perdue, désorientée, et surtout une maman totalement absente. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même. Le père de famille n’arrive plus à soutenir sa famille, ni à prendre ses responsabilités familiales. Il perd pieds, et s’en remet dans les mains d’un médecin pour venir en aide à sa femme et à sa famille. Bon ou mauvais choix ?
La jeune Henrietta, quant à elle, doit se construire seule en gardant toujours un œil bienveillant sur la petite dernière de la famille. Pour y arriver elle s’évade dans ses livres de contes, elle vit entre imaginaire et réalité. Elle se perd parfois entre les 2, elle nous perd également parfois entre ces 2 mondes. Elle découvre la vie et son environnement par elle-même et surtout elle fait des rencontres, plus ou moins attachantes.
Petite fille curieuse de tout, elle pose beaucoup de questions, qui parfois dérangent les adultes qui l’entourent, la jugeant trop jeune pour comprendre elle a pourtant en elle cette maturité et cette intelligence qui la différencie de tous les enfants de son âge. Il ne faut pas se fier aux apparences.
Quand Henry comprend que son père prend des décisions sans réellement en mesurer les conséquences, elle s’insurge, elle décide de se battre pour sauver les siens et pour retrouver sa famille et retrouver sa maman qui lui manque tant malgré sa présence physique. Cette petite fille à une énergie et un courage qui forge le respect et l’admiration. 
Elle s’entoure comme elle le peut, elle fait confiance et apprend chaque jour. Cette petite fille m’a tellement touchée et émue. Elle a réussi à me faire douter parfois aussi, elle a su m’emmener dans son monde imaginaire tout comme elle a su me mettre face à des réalités bien compliquées et difficiles à accepter. 
Je tiens à souligner la plume de l’auteur, donner la parole à une petite fille de 12 ans et lui mettre autant de responsabilités dans les mains, et réussir à attirer le lecteur pour qu’il se batte à ses côtés, qu’il lui fasse confiance, à plusieurs reprises je ne vous cache pas que je me suis demandée si cette petite fille ne délirait pas…. Finalement délirait-elle ? Peut-être suis-je moi aussi entrée dans cette imaginaire ?
J’ai pour ma part, grâce à ce roman pu surmonter certains passages de la vie particulièrement douloureux, attention ce livre n’est pas la solution à vos problèmes, à vos soucis, à vos doutes ni à vos peurs, c’est simplement un roman qui peut vous permettre de réfléchir, de comprendre et d’avancer. 
La frontière entre folie et onirisme se résume à une peau de chagrin dans ce livre. Une fine pellicule sensible… à vous de voir si finalement ce livre est un monde imaginaire, une terrible folie, une réalité compliquée, un torrent de peurs, une cascade de doutes, un bonheur au bout du chemin, une douce mélodie… celle du chant du rossignol ?
Merci Lucy Strange pour cette jolie promenade au clair de lune, j’entends encore chanter le rossignol près de la forêt, sur le rebord de la fenêtre, passant dans le ciel de Hope House.
 

Partager cet article

Repost 0

[ Avant Première ] Epouse-moi mon pote de Tarek Boudali by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

🔸️De quoi ça parle ? 

Yassine, jeune étudiant marocain vient à Paris faire ses études d'architecture avec un visa étudiant. Suite à un événement malencontreux, il rate son examen, perd son visa et se retrouve en France en situation irrégulière. Pour y remédier, il se marie avec son meilleur ami. Alors qu'il pense que tout est réglé, un inspecteur tenace se met sur leur dos pour vérifier qu'il ne s’agit pas d’un mariage blanc... 
Genre: Comédie
Durée: 92 minutes
Pays: France
Date: 23/10/2017
Réalisateur: Tarek Boudali

🔸Son avis

 

Nous avons eu la chance de voir ce film en avant-première en présence de l’équipe alors je me disais que je ne pouvais pas rater l’occasion de vous faire un article sur cette soirée inoubliable.
Je connaissais Tarek Boudali pour ces différents rôles au cinéma et bien entendu pour son rôle de Kader, dans la série diffusée sur M6 « En Famille ». 


Le voici non seulement en tant qu’acteur mais également pour la 1ère fois en tant que réalisateur. Et je dois dire que c’est une merveilleuse réussite. Une cascade de rire, d’émotions, je pense avoir rarement autant pleuré de rire au cinéma (merci pour les abdos Tarek et Philippe). Avec son compère Philippe Lacheau, ils sont venus nous présenter ce film. Pas de prise de tête, pas de grosse tête, juste de la simplicité, de la complicité et de la bonne humeur qui caractérisent ce duo d’enfer.
Ils ont répondu avec sincérité et générosité au public présent en nombre ce soir-là. Ils se sont montrés disponibles pour tout le monde avec toujours le sourire. Ils se sont prêtés au jeu des selfies avant d’entrer dans la salle. Sans avoir vu le film ce fut difficile de leur poser des questions sur le scénario, sur le jeu d’acteurs, …. Mais le public a su animer la séance en posant parfois des questions très drôles, en demandant bien évidemment à Tarek de nous jouer une de ses imitations animales les plus célèbres, et si vous connaissez la série « En Famille » vous saurez de quoi je parle quand je vous dis "Dinosaure". 
J’ai pu voir quelques vidéos d’autres avant-premières en présence de l’équipe où cette fois, ils venaient présenter le film après diffusion au public, bien évidemment cette fois les questions étaient portées sur le film lui-même. Pour être honnête, les deux ont leur charme, avant ou après le film l’important étant de passer un bon moment.
Je ne vais pas vous spoiler le film étant donné qu’il n’est pas encore sorti au cinéma mais je peux vous inviter à y aller sans vous poser de questions, sans attendre l’avis des uns et des autres, foncez, moment de bonheur garanti.


Beaucoup de scènes resteront gravées dans votre mémoire je vous le promets, vous le conseillerez autour de vous, et je suis même convaincue qu’une partie d’entre vous retournera le voir au cinéma une seconde fois, voire plus.
Yassine, notre étudiant Marocain dont il est question dans le film va vous faire vivre des aventures incroyables, il saura vous attendrir, vous toucher, il saura vous faire rire, vous faire pleurer de rire… Je tire mon chapeau à Tarek pour ce film, son rôle en tant qu’acteur bien entendu, mais aussi pour le coup son rôle cette fois derrière la caméra en tant que réalisateur. Il a su s’entourer de l’équipe parfaite pour le choix des acteurs, et je tiens également à souligner l’excellente performance de Philippe Lacheau qui joue le rôle du meilleur ami de Yassine et va l’épouser pour aider son meilleur ami. Du grand Philippe (et je suis certaine qu’il a remercié Tarek comme il se doit pour le choix très intéressant des costumes…)
Une très belle histoire d’amitié, une merveilleuse histoire d’amour qui se mettra au pluriel car vous verrez il en existe plusieurs dans ce film. 
BRAVO et merci pour ce film Tarek : vous êtes talentueux, vous êtes intelligent, vous êtes drôle et vous êtes de loin de meilleur imitateur de dinosaure au monde ;)


 

Partager cet article

Repost 0

Grease Le musical par Right UnderThe Blog

Publié le

GREASE ♪ You're The One That I Want : La comédie musicale

Il y a 1 semaine j’étais invitée à l’avant-première de la comédie musicale GREASE au théâtre MOGADOR à Paris.

GREASE ça vous dit forcément quelque chose non ?! I got chills, they're multiplying and I'm losing control 'Cause the power, you're supplying………… It's electrifying !

Je ne suis pas du tout fan des comédies musicales, je ne critique pas, je dis juste que ce n’est pas mon truc. Mais puisque j’étais invitée à découvrir Grease je me suis dit que c’était l’occasion de me faire une opinion. Je prends place en orchestre milieu de salle, juste en face de la scène. Première impression sur le décor et les jeux de lumières présents, c’est pas mal du tout. Le choix du lieu, le théâtre MOGADOR, est un très bon choix.

Pour la petite histoire le théâtre MOGADOR renaît de ses cendres, après un incendie dévastateur en 2016, le théâtre Mogador a rouvert ses portes pratiquement un an

jour pour jour après l’incendie qui a ravagé sa scène le 25 septembre 2016.

Si vous n’êtes pas au fait de GREASE voici une petite idée de l’histoire : elle se déroule en 1959 à la Rydell High School, dans la banlieue de Chicago.  Sandy Dumbrowski, nouvelle élève, intègre le lycée. A sa grande surprise, elle y retrouve son amour d’été, Danny Zuko, chef du gang des Burger Palace Boys. Si elle est heureuse de le revoir, lui se préoccupe plus de sa popularité et de son image de chef de bande que des sentiments de Sandy. Aidée par les Pink Ladies, Sandy va finir par s’imposer dans ce jeu d’amour et de hasard.

Que le spectacle commence. La directrice prend la parole, il n’y a pour le moment pas de décor visible, elle s’adresse au public comme si elle s’adressait aux anciens élèves de l’école. ….

Les rideaux s’ouvrent sur un décor soigné, coloré, digne des années 50. On y retrouve tout ce cette époque, pas de faux pas, sans clichés, juste ce qu’il faut. Les artistes se succèdent sur la scène, pour le moment je vous avoue je ne suis pas dedans, je n’entre pas dans l’histoire, je n’entre pas dans l’ambiance. Entre chansons, en version Française, et discussions entre élèves, pour l’instant je reste dans l’attente du petit déclic.

Et puis soudain, le rythme se met en place, les artistes embarquent le public avec eux, je souligne également la beauté des costumes, que ce soit chez les filles ou chez les garçons. J’entre petit à petit dans cet univers et je me prends au jeu des acteurs. Oui acteurs, car j’ai en face de moi, des artistes complets : ils chantent et dansent divinement bien et ils jouent la comédie, pour certains plus ajustés que d’autres dans les réparties.

Je ne vais pas tout vous révéler car le lancement officiel c’est justement ce soir alors simplement vous dire que j’ai beaucoup ri, qu’il y a eu de très jolis moments de tendresse et d’émotion, et que j’ai été totalement bluffée par un final en feu d’artifices, avec des reprises en version originale des grands classiques de GREASE. Des scènes mythiques (mais chut je ne vous dis rien de plus). Venez passer un super moment avec ces jeunes artistes plein d’énergie, d’humour, de talent, venez remonter le temps avec eux vous serez emporté.

Rendez-vous au théâtre MOGADOR pour la comédie musicale GREASE : You’re the one that I want, je leur souhaite un merveilleux succès. Si vous souhaitez allez voir le spectacle sachez que ce soir il s’agit d’une séance privée 1ère de GALA qui est déjà complète et c’est tant mieux pour l’équipe mais peut-être dommage pour vous si vous souhaitiez y aller dès ce soir, en revanche je vous rassure  vous avez la possibilité d’aller les voir pour le moment jusqu’au dimanche 8 juillet 2018.

Après qui sait, peut-être toute l’équipe partira sur les routes de province pour une grande tournée en France. C’est ce que je peux leur souhaiter ;)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

#Bleue de Florence Hinckel By Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

#Bleue de Florence Hinckel By Right Under The Blog

¤ Présentation :

Silas vit dans une société où tout est fait pour vivre sereinement. Chaque jour, la Cellule d'Éradication de la Douleur Émotionnelle efface les souvenirs douloureux. Plus de deuil ou de dépression, juste un point bleu au poignet comme signe d'une souffrance évitée. Sur le Réseau, les gens partagent tous leurs faits et gestes, " veillant " les uns sur les autres. Silas est un grand romantique : il préfère garder pour lui les moments intenses de sa relation avec l'incandescente Astrid... Mais quand sa petite amie se fait renverser par une voiture, il est immédiatement emmené par les agents de la CEDE.
Pour oublier.

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Syros Jeunesse (29 janvier 2015)
  • Collection : Soon
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2748516869
  • ISBN-13: 978-2748516869
  • Dimensions du produit: 14,2 x 2,1 x 21,1 cm

¤ Son avis ;

J’ai lu Théa pour l’éternité, j’ai été touchée par ce roman de Florence Hinckel. Je me suis rendue au livre sur la place, 1er salon de la rentrée littéraire. Florence était présente et je voulais lui faire dédicacer le roman Théa pour l’éternité.

Je suis repartie sur ses conseils avec #BLEUE entre les mains. Merci Florence pour ce très beau et bon conseil. Je l’ai dévoré, je l’ai adoré, et laissez-moi vous dire pourquoi :

Une histoire magnifique et intelligente mais qui vous donnera à coup sûr des frissons. Que penser d’une société où on vous oblige à ne plus jamais souffrir, ne plus jamais ressentir de peine, de douleur morale…. Sur le papier là dit comme ça, je suis certaine que ça vous semble être une bonne idée.

Un point bleu apposé sur votre poignet à chaque fois que vous êtes victime d’une émotion trop intense suite à la perte d’un être cher par exemple. Un point bleu et tout disparaît, vous ne ressentez plus cette peine, cette affreuse douleur… merveilleux ? Alors qu’en dites-vous ? Magique non ?!

Ce point bleu, c’est un passage obligatoire… le choix ? Vous ne l’avez pas ! Votre avis ? On ne vous le demande pas, à 16 ans vous serez oblitéré !


Ce roman est extrêmement bien écrit, nous lecteurs, ne sommes pas oblitérés alors évidemment des émotions nous en avons, et au fil des pages on ressent notamment de la colère. Si nous vivions dans ce roman, dans le monde de Silas et Astrid, nous serions déjà passés par la CEDE, Cellule d'Éradication de la Douleur Émotionnelle. Et ce… plusieurs fois !

On fait la connaissance de personnages très attachants, rapidement on se met à leur place, et on comprend ce que certains ressentent et on comprend le combat qui est mené tout au long du roman par Silas.

Le titre, la couverture, le roman, tout m’a interpelé et tout m’a enchanté ! Une histoire qui vous mène à une réflexion sur notre société actuelle. Les émotions prennent alors tout leur sens.

J’aimerais terminer cet article d’une façon très personnelle en y ajoutant non pas une citation du roman, je vous laisse découvrir ce bijou écrit par Florence, mais par une chanson de Jacques Brel….

« Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D'atteindre l'inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux

Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre
à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile »

Partager cet article

Repost 0

Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty by Right Under The Blog

¤ Présentation :

Les secrets finissent toujours par être dévoilés.
Et toujours quelqu'un doit payer...

Jane, mère célibataire, vient d emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans.
Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter (elle se souvient de tout et ne pardonne jamais) et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l' aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets.
Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l'école, les choses s'enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu'au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.

  • Broché: 500 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226317341
  • ISBN-13: 978-2226317346
  • Dimensions du produit: 22,5 x 3,3 x 15,5 cm

¤ Biographie de l'auteure :

Née en 1966, la romancière australienne Liane Moriarty est l auteur de six best-sellers dont Le Secret du mari, phénoménal succès aux Etats-Unis et en France, et traduit dans 55 pays.
Petits secrets, grands mensonges est son deuxième roman traduit en français.

¤ Son avis :

Quel bonheur cette lecture, une fois de plus je souligne la qualité d’écriture de l’auteure. Je m’étais régalée en lisant « Le Secret Du Mari », je me suis délectée de celui-ci.

De nouveau j’ai aimé retrouvé la vie quotidienne de femmes et d’hommes, en apparence, ordinaires, de familles qui partagent des moments de la vie. J’aime le côté un peu « Desperate housewives » des 2 romans de Liane Moriarty.

Un fil conducteur: un meurtre, qui m’a tenu en haleine tout le long du roman. Les plus avertis auront peut-être rapidement découvert qui est la victime, mais pas moi et j’ai adoré ça. Soupçonner tous les personnages, j’oscillais entre chacun en les accusant du meurtre, finalement je me demandais si ce n’était pas plutôt la victime… Le titre ne ment pas, les petits secrets sont bien présents dans ce roman mais les grands mensonges sont une pièce maîtresse.

Le suspense vous prend et vous surprend très rapidement, les pages se tournent toutes seules, il est presque impensable de poser le roman pour le reprendre plus tard. C’est addictif à n’en pas douter, à n’en pas se lasser. De vrais coups de cœur pour les personnages principaux, pour qui je me suis prise d’une réelle affection : Madeline, Céleste… Jane. Sans oublier leurs enfants, leurs histoires, leur école…

Tout d’abord un peu déstabilisée par les confidences des personnages qui interviennent à la fin de chaque chapitre, des parents qui se confient à un inspecteur chargé de l’enquête, j’ai vite apprécié ces petits ragots de personnages qui ont vu quelque chose, qui pensent avoir vu quelque chose, qui ne savent mais pensent savoir. C’est très intelligent de la part de l’auteure. A vous de voir si vous vous laisserez influencer ou pas, si vous suivrez une tendance plutôt qu’une autre. Suivez votre instinct… ou pas…

J’ai passé un moment extraordinaire de lecture. J’aime l’univers de Liane Moriarty, j’aime l’atmosphère qui se dégage dans ses romans. J’aime les personnages, j’aime leurs relations, j’aime TOUT et je vous recommande ce petit bijou.

¤ Extraits :

« Il y a des petites choses dans mon attitude qui commencent à l'agacer. Il devient irritable. J'essaie de l'apaiser. Je me mets à marcher sur des œufs mais en même temps, je suis en colère d'avoir à le faire, alors parfois j'arrête et j'y vais franco. Je l'énerve exprès, parce que je suis furieuse contre lui, et contre moi-même de rentrer dans son jeu. Et là, ça explose. »

« Tout le monde rêvait d'être riche et beau, mais ceux qui l'étaient réellement se devaient de faire comme s'ils n'avaient rien de plus que les autres. Quel drôle de monde que le nôtre ! »

Partager cet article

Repost 0

Lola Bourdon T02 Aux jeux d'Olympie de Renaud De Vriendt by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

Lola Bourdon T02 Aux jeux d'Olympie de Renaud De Vriendt by Right Under The Blog

¤ Présentation :

Vous connaissez sûrement les Jeux olympiques ! Mais connaissez-vous leurs ancêtres, les Jeux d'Olympie ? Ce sera bientôt le cas de Lola ! Car quand une association d'archéologues décide de les ressusciter en promettant une mystérieuse récompense au gagnant, Archimède Bolton embarque tout son équipage dans une aventure haute en couleur. Malheureusement, un sombre complot plane au dessus de la compétition et Lola aura bien du mal à mener son enquête ! D'autant plus qu'une nouvelle petite fille embarque sur le Champollion et que l'entente est... disons... loin d'être cordiale !

  • Broché: 184 pages
  • Editeur : Kennes Editions (29 juin 2016)
  • Collection : Je lis comme maman !
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 287580295X
  • ISBN-13: 978-2875802958
  • Dimensions du produit: 12,7 x 1,5 x 20,3 cm

¤ Biographie de l'auteur :

Renaud De Vriendt décide à vingt-trois ans de vivre de sa plume. Il suit un master en écriture de scénario à l'IAD (Institut des arts de diffusion) de Louvain-la-Neuve et multiplie depuis les projets tous azimuts. Que ce soit pour une pièce (Cendrillon, psychose d'une souillon) ou pour un livre (Le secret des dieux - L'oubli), les idées coulent à flots. Si un projet ne voit pas le jour, ce n'est pas un problème, il en a toujours un autre en préparation !

¤ Son avis :

Permission de rester à bord du Champollion Capitaine De Vriendt. Me voilà embarquée à nouveau en pleine mer avec tout l’équipage ! Un tome 2 qui ne fait que confirmer mon ressenti du tome 1.

Cette fois-ci cap sur les nouveaux jeux d’Olympie. Mr Archimède Bolton a décidé d’y participer et bien entendu il entraîne avec lui Lola et Balthi.

Enfin… Balthou… ou Balthi… l’arrivée d’une jeune fille prénommée Alix va quelque peu chamboulé la vie et les plans de Lola. Une petite peste de 12 ans, qui vient directement imposer ses règles, sa vision des choses et qui tout comme Lola a un caractère bien trempée mais une attitude très éloignée de celle de Lola.

Lorsque Lola la complimente sur le joli foulard que porte Alix et lui propose d’échanger de temps en temps leurs foulards car elle-même en a une jolie collection, cette dernière ne tarde pas à sortir les griffes « Jamais s’écrit la nouvelle. Si tu touches à un seul de mes foulards, ça va mal se passer, la rouqine ». Le ton est donné.

J’ai apprécié ce second volume des aventures de Lola, je l’ai moins aimé que le 1er. J’ai moins apprécié l’insertion du carnet de bord de Lola au milieu du livre. J’aurais préféré qu’il garde sa place à la fin. Je trouve que sa présence à cet endroit perturbe la lecture. On a évidemment tendance à parcourir ce carnet avant de poursuivre la lecture classique de l’histoire. Cela nous révèle quelques petits éléments sur la suite de l’aventure. C’est dommage. De plus la dernière photo du carnet avec le papa de Lola, Lola et sa maman est une jolie touche d’émotions. Il aurait, selon moi, été plus judicieux de terminer par cette image avant de refermer le livre.

J’ai maintenant hâte de découvrir le tome 3, cette fois Lola et la mère de Toutankhamon. Et bien ça promet. Alors aurais-je envie, une fois de plus, de prendre le large à bord du Champollion…. ?

Partager cet article

Repost 0

Lola Bourdon T01 Sur les traces de Robinson de Renaud De Vriendt by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

Lola Bourdon T01 Sur les traces de Robinson de Renaud De Vriendt by Right Under The Blog

¤ Présentation :

Du haut de ses douze ans, Lola Bourdon n’était pas prête à abandonner sa vie de petite fille comme les autres. Mais voilà, son père a été engagé comme chef cuisinier sur un navire des plus étranges : le Champollion. À la tête du bateau, Archimède Bolton, un aventurier érudit et maladroit au caractère imprévisible... Embarquez avec Lola, vivez de folles aventures, visitez le monde entier, et découvrez en prime l’Histoire par le petit bout de la lorgnette !

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Kennes Editions (1 juin 2016)
  • Collection : Je lis comme maman !
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2875802747
  • ISBN-13: 978-2875802743
  • Dimensions du produit: 12,8 x 1 x 20,2 cm

¤ Son avis :

Lola Bourdon est une jeune fille de 12 ans qui a du caractère et qui sait ce qu’elle veut et surtout ce qu’elle ne veut pas. Et pour le coup elle ne veut pas partir avec son père et quitter ses ami(e)s, embarquer à bord d’un navire qui selon elle est « minuscule comparé aux immenses paquebots du port ».

Finalement une fois à bord elle va vivre des aventures incroyables et surtout rencontré des personnages complètement différents. Balthi, plus connu sous le nom de Balthazar va vivre des moments magiques avec Lola. Un personnage selon moi clé dans cette histoire : son professeur loufoque mais d’une grande intelligence Mr Bolton… qui n’est pas seulement professeur d’ailleurs.

La relation avec Balthi est à la fois complexe et très mignonne, entre amitié et amourette de 12 ans, ils sont tous les 2 très attachants et on a envie de les aider à mieux comprendre ce qu’ils ressentent, on a envie d’être à leurs côtés en tant qu’adulte afin de les guider. Ce qui est très intéressant c’est justement la place que peut prendre le lecteur selon l’âge de celui-ci. Un enfant de l’âge des personnages vivra cette aventure avec eux, un adolescent jouera plus facilement le rôle de grand frère ou de grande sœur.

Je dois dire que j’ai très vite quitté le port, embarquement immédiat à bord du Champollion. C’est une lecture pour les adultes comme pour les enfants.

Il y a de vrais sujets qui sont abordés avec Lola et tout est extrêmement bien expliqué. J’ai particulièrement adoré les passages plus historiques et les explications fournies par l’auteur à travers son personnage d’Archimède. J’ai même appris des choses. Certains sujets ne sont pas toujours évidents à traiter notamment le braconnage. Je tire mon chapeau à l’auteur.

J’ai vraiment apprécié les petites notes qui apparaissent de temps en temps en bas de page, nous signalant ainsi un élément important, un trait d’humour, une note personnelle.

J’ai eu un vrai coup de cœur pour le carnet de bord tenu par Lola qui semble écrit par sa propre plume, le graphisme est plaisant et les photos qui viennent agrémenter le carnet sont vraiment un plus.

Du coup je me demandais s’il ne serait pas intéressant de faire une bande dessinée inédite avec une aventure de Lola. Je me suis beaucoup reportée aux photos mises dans le carnet à la fin du roman afin de mieux imaginer les personnages et je n’ai jamais été déçue : le dessin correspond parfaitement à la plume de l’auteur et à l’image que l’on se fait des différents intervenants.

Partager cet article

Repost 0

Meurtres à la pause-déjeuner de Viola Veloce by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

Meurtres à la pause-déjeuner de Viola Veloce by Right Under The Blog

¤ Présentation :

C'est toujours avant le retour des trois cents autres salariés que se termine la pause-déjeuner de Francesca. Cela lui permet d'éviter de rébarbatifs échanges entre collègues. Et aussi de bénéficier en toute quiétude des lavabos. Jusqu'au jour où, brosse à dents à la main, elle aperçoit sous l'indiscrète porte des toilettes deux pieds dans une position peu naturelle. Deux pieds qui appartiennent à son insupportable collègue Marinella, laquelle gît là, une corde autour du cou... Ce n'est que le début d'une longue série de meurtres. Dans ce que les médias surnomment désormais l'Entreprise Homicides il paraît évident que l'assassin rôde toujours. Sermons directoriaux, regards suspicieux, bruits de couloir, mails revendicatifs amènent le syndicat à s'en mêler pour demander une prime de risque. Mais le risque majeur pour Francesca n'est-il pas de mourir étouffée entre une mère qui ne pense qu'à la marier et un papa-poule à l'envahissante sollicitude ? Drôle, enlevé et mordant.

  • Poche: 247 pages
  • Editeur : Liana Levi (2 juin 2016)
  • Collection : Piccolo
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2867468280
  • ISBN-13: 978-2867468285
  • Dimensions du produit: 18,5 x 1,7 x 12,2 cm

¤ Son avis :

J’avais repéré le livre sur internet, la couverture m’avait fait sourire et le résumé m’avait interpelé. Il ne me fallait rien de plus pour l’acheter.

Les premières pages étaient fluides, j’ai commencé à le lire rapidement, et petit à petit je me suis rendue compte que je n’étais pas dedans. Je lisais quelques pages, je m’arrêtais en me disant « oui … bof »

Le ton est rapidement donné au bout de quelques pages avec le 1er meurtre dans les toilettes des femmes. Je me dis alors que l’histoire et le suspens vont enfin commencer et que le livre va prendre tout son sens et tout son intérêt.

Je suis vite retombée dans mon « oui… bof » à mon grand regret.

Je ne comprends pas le style, ou le non style de l’auteure. Elle passe d’un sujet à l’autre, d’une histoire dans l’histoire à une autre : la vie de Francesca, l’héroïne au bureau, Francesca cherche l’amour, les parents de Francesca, les collègues de Francesca, le syndicat, les meurtres… Et tous ces thèmes s’entremêlent à chaque paragraphe. L’auteure n’attend même pas l’arrivée d’un chapitre pour aborder une autre facette de la vie de son héroïne.

Je suis déconcertée par cette façon de faire. Je suis même consternée. Je referme à plusieurs reprises le roman pour essayer de réfléchir et de comprendre dans quel sens je dois le lire.

Je n’arrive pas à adhérer à « l’humour », enfin ce que moi personnellement je ne qualifierais pas d’humour mais de réflexions inappropriées, censées faire sourire, voire même rire, le lecteur. J’espère que certains d’entre vous auront au moins souri parce que moi, pas du tout.

Francesca qui est donc la narratrice dans ce roman part dans des explications qui n’en finissent pas, et qui pour moi, n’ont ni queue ni tête. Des pages et des pages selon moi de non-sens, parfois même de remarques plus que déplacées sur des généralités de la vie.

Avec ces meurtres je présumais qu’il y aurait une vraie enquête, des indices, des fausses pistes, mais non je suis totalement abasourdie par des détails qui selon moi ne servent absolument à rien, n’apportent rien. Finalement Francesca est à la fois, témoin, victime, enquêtrice, appât, on ne comprend pas grand-chose mais en tous les cas ce que nous savons c’est que sa mère veut qu’elle trouve l’amour et se marie très vite. Une information capitale dans ce roman (j’ironise bien entendu).

J’ai vraiment été confrontée dans ce livre à des situations pour le moins totalement ridicules et sans intérêt. J’ai lu que ce roman devait être adapté au cinéma… ne faites pas ça, ne nous infligez pas ça, ne vous donnez pas cette peine.

Vous l’aurez compris ce livre ne m’a pas convaincu. Libre à vous si vous le souhaitez de tenter l’aventure. Moi pour ma part, je trouve que le dernier mot du roman résume totalement ce que j’en ai pensé « pathétique » et oui je vous assure c’est bien le tout dernier mot de ce roman… à bon entendeur….

¤ Extrait:


" (...) cauchemar. Il y a deux nuits j'ai rêvé que je mourais écrasée par un gigantesque fichier Excel qui me tombait dessus avec la puissance d'une presse. (...) Je dois vraiment avoir besoin de vacances pour oublier ces derniers mois."

Partager cet article

Repost 0

Théa pour l'éternité de Florence Hinckel by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

Théa pour l'éternité de Florence Hinckel by Right Under The Blog

¤ Présentation :

Théa est secrètement amoureuse de Théo, son voisin et meilleur ami d'enfance, qui lui préfère la pom-pom girl du lycée.
Théa vit seule avec sa mère, une ancienne présentatrice de télévision obnubilée par le souci de paraître jeune.
Théa a l'impression que le temps passe trop vite et que les promesses de l'enfance sont déjà loin.
Alors, quand le professeur Jones lui propose d'être le plus jeune cobaye d'un programme visant à stopper le vieillissement, Théa se dit que c'est une chance unique qui s'offre à elle.

  • Broché: 224 pages
  • Editeur : Syros Jeunesse (23 août 2012)
  • Collection : Soon
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2748512235
  • ISBN-13: 978-2748512236
  • Dimensions du produit: 14,2 x 1,8 x 21,1 cm

¤ Biographie de l'auteure :

Florence Hinckel est née en 1973. Elle a publié de nombreux romans jeunesse chez Syros, Gallimard Jeunesse, Nathan, Rageot, Talents Hauts, Sarbacane... Pour enfants ou adolescents, elle aime explorer tous les genres, avec depuis peu une affection particulière pour le roman d'anticipation.
On peut retrouver toute son actualité ici : http://florencehinckel.com

¤ L'avis de Right Under The Blog :

Théa nous raconte son histoire... 16 ans, lycéenne, un ami d’enfance, Théo (dont elle est amoureuse) et une super copine, Zoé. En apparence elle a tout ce que les jeunes de son âge ont, seul point d’ombre à son tableau : elle ne sait pas se décider, elle ne sait pas exprimer ce qu’elle souhaite vraiment. Sa rencontre avec le scientifique Baptiste Jones changera à jamais sa vie. Il lui propose de participer à une expérimentation unique et secrète : suivre un traitement qui arrêtera son vieillissement. Si Théa accepte, elle aura à jamais 16 ans. Poussée par une mère totalement obsédée par l’apparence : la jeunesse, la peur de vieillir, elle se lance corps et âme dans l’aventure.

Au 1er abord on se dit en lisant les premières pages que c’est un roman tout ce qu’il y a de plus banale, un roman jeunesse qui parle d’une jeune fille de 16 ans, un peu perdue, amoureuse de son meilleur ami… mais plus on avance dans la lecture plus on se rend compte que ce roman va bien au-delà d’une simple histoire d’adolescente paumée. On refuse de lâcher le livre.

Ne plus jamais vieillir, rester bloquer à notre âge actuel. Théa a 16 ans mais tous les lecteurs peuvent en lisant ce roman se poser cette question pour eux et se dire « et si j’arrêtais de vieillir maintenant, si mon âge restait figé…. Mais celui des gens autour, que se passerait-il ?»

Le point important est là, Théa euphorique, libre, délurée, incontrôlable, elle a 16 ans…. Elle a 16 ans pour toujours elle respire la joie de vivre, elle se découvre une confiance en elle qu’elle ne se connaissait pas ! Mais plus vous allez tourner les pages plus vous allez comprendre que ce n’est pas aussi fantastique que cela y paraît. Les gens qu’elle aime, ses proches, ses ami(e)s, vont tous vieillir mais pas elle.

L’éternité mais à quel prix, Théa a-t-elle réellement mesuré les risques et les conséquences du choix qu’elle a fait ? Comment accepter la vie éternelle quand cela signifie la mort des siens, la mort des autres… de tous les autres ?!

C'est un roman que je qualifierais d’intemporel, il questionne le lecteur sur les angoisses de notre société : la peur de vieillir, avoir recours à tous les moyens mêmes les plus fous, mêmes les plus onéreux pour ne pas se voir vieillir, pour rester jeune… en apparence. Et si un jour on pouvait réellement arrêter le vieillissement et pas seulement le ralentir ? Que deviendrait notre société ?

Le roman est extrêmement bien écrit, l’auteure a su par le biais d’un roman qui peut semblait léger aux premières pages, aborder un sujet d’actualité bien délicat.

J’espère que ce roman marquera celles et ceux qui l’ont lu, et j’espère que bien d’autres encore prendront le temps de l’ouvrir et de le lire jusqu’au dernier mot. Rester jeune, ne pas vieillir, ne pas mourir mais voir autour de soi des êtres chers s’éteindre… Théa a choisi.

Je tiens également avant de refermer cet article à souligner la beauté de la couverture : un choix très judicieux, qui représente parfaitement bien le contenu du livre. Une rose noire, une goutte de sang… En réalité, la rose est d'une couleur rouge très foncée, elle donne l'illusion d'un velours car la rose noire n’existe pas réellement, ses reflets, selon l'éclairage, peuvent donner l'impression que la rose est noire. Elle est le symbole d’une passion fatale. En effet, en symbolique des fleurs, la Black Baccara peut signifier : « Mon amour perdurera jusque dans la mort »… à méditer !

Extrait:

« – Tu veux dire que… que toi tu choisirais de ne pas prendre le traitement ?
– Bien sûr, Théa ! Bien sûr que je refuserais de prendre cette saloperie ! Qu’est-ce que tu crois ? Qu’est-ce qui donne de la beauté aux choses ? C’est le fait qu’elles changent et qu’elles meurent, Théa, c’est parce qu’elles meurent qu’elles sont belles ! Pourquoi tu crois que je fais de la photo ? Pour saisir des instants qui ne reviendront jamais, et c’est ce que j’aime. Fixer ces choses-là, furtives, mais les fixer sur une image, pas en vrai. Sinon, quel intérêt ?
»

Partager cet article

Repost 0

Le secret du mari par Liane Moriarty by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

Le secret du mari par Liane Moriarty by Right Under The Blog

¤ Présentation :

Jamais Cecilia n aurait dû lire cette lettre trouvée par hasard dans le grenier. Sur l enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n ouvrir qu après ma mort ». La curiosité est trop forte, elle l ouvre et le temps s arrête... À la fois folle de colère et dévastée par ce qu elle vient d apprendre, Cecilia ne sait que faire : si elle se tait, la vérité va la ronger, si elle parle, ceux qu elle aime souffriront.
Liane Moriarty brosse un tableau nuancé et émouvant de l amour (marital et familial) et se révèle bien mieux qu un simple auteur de best-sellers : une romancière dont les personnages attachants pourraient être vos amis ou vos voisins, avec leurs qualités et leurs failles.

Découvert par Amy Einhorn, l éditrice américaine de La Couleurs des sentiments, Le secret du mari est un immense succès aux U.S.A : N° 1 sur la liste des best-sellers du New York Times, il figure toujours sur les listes des meilleures ventes deux ans après sa sortie.
Le Secret tient en haleine deux millions de lecteurs dans le monde dont un million aux USA.

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (1 avril 2015)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226317074
  • ISBN-13: 978-2226317070
  • Dimensions du produit: 22,5 x 2,8 x 15,5 cm

¤ Biographie de l'auteure :

Née en 1966, la romancière australienne Liane Moriarty est l auteur de six best-sellers dont Le Secret du mari, son premier roman publié en français.

¤ L'avis de Right Under The Blog :

Certains vous diront que la couverture et le résumé ne les ont pas interpellés au premier abord, moi ce fut l’inverse. J’ai adoré la couverture pour moi un peu emprunte des années 50 elle m’a tout de suite intéressée, le résumé m’a attrapé et le roman a fait le reste.

Je découvre totalement l’auteure et j’adore. J’ai dans un premier temps eu un peu de mal à m’adapter aux chapitres qui changent en fonction des personnages du roman, mais une fois cette étape passée, j’ai apprécié le déroulement du roman. On ne s’aperçoit pas tout de suite du lien qui existe entre chaque personnage, j’ai trouvé ça très bien amené. J’ai même été surprise de découvrir certains liens.

J’ai beaucoup aimé l’avant-secret et l’après révélation de ce dernier. C’est très intéressant de naviguer entre les avis et les réactions des personnages qui sont plus ou moins liés à ce secret. Certains ont sans doute découvert le secret contenu dans cette lettre avant l’heure, mais moi pas du tout. Naïve, je ne sais pas, mais en tous les cas cette naïveté si vous qualifiez cela comme tel et bien m’a parfaitement convenu dans la lecture et la progression de ce livre.

Malgré les 416 pages (j’ai acheté l’édition grand format Albin Michel) je l’ai dévoré ! J’ai été tout simplement passionnée par cette lecture. Je suis passée par beaucoup d’émotions. Pas de chichis dans les personnages, des personnes simples, qui vivent leur vie, leur quotidien comme tout le monde. Les relations dans les couples sont très bien décrites et très bien analysées par l’auteure. On s’attache à certains personnages, et je me suis même surprise à prendre parti dans certains bouleversements. Comme si mon avis allait compter dans la suite du roman, comme si j’étais parmi les personnages du livre. On se sent tantôt bien, tantôt mal à l’aise.

Ce roman vous invite dans l’intimité de chaque personnage, vous dévoile leurs histoires, leurs vies, leurs secrets, leurs mensonges… venez partager des moments de joies, des moments de peines, ouvrez ce roman, découvrez le secret du mari. Bonne lecture !

¤ Extraits :

« Aussi étrange que cela puisse paraître, plus on connaît quelqu'un, plus ses contours deviennent flous, comme si le temps passé ensemble effaçait ce qui le distingue de vous. »

« Les mille autres chemins que nos vies auraient pu, et peut-être dû, prendre nous restent à jamais inconnus. C’est probablement pour le meilleur. Certains secrets sont faits pour demeurer secrets. Ce n’est pas Pandore qui vous dira le contraire. »

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>